P1070491

TEST MONTRE GPS TOMTOM RUNNER.

20 janvier 2014 par Lionel Fracture

Jusqu’ici habitué à courir à la sensation et à mesurer les kilomètres avalés grâce à la position du soleil dans le ciel, j’ai depuis quelques semaines pour partenaire d’entrainement la montre GPS TomTom Runner. J’ai très vite apprécié son aide, découvrez tout de suite pourquoi.

TomTom Selleck

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aspect et esthétique : la TomTom Runner donne dans la sobriété en matière de look. Pour une montre servant d’ordinateur de bord du coureur, sa taille n’est pas exagérée, on apprécie sa finesse (11mm d’épaisseur), ses couleurs neutres et sa forme simple. Il ne s’agit vraiment pas d’un bijou mais je me suis surpris à la porter au quotidien sans trop de difficultés. Il peut même s’agir d’un objet permettant d’affirmer son statut de sportif et d’un atout pour lancer des discussions avec d’autres passionnés de cassage de jambes. Je suis vite redescendu sur terre lorsque ma babylove m’a menacé de rompre si je continuais à la porter en dehors des séances. Manifestement son design ne fait pas l’unanimité.



























Confort : simplicité et praticité voici certainement ce qu’ont privilégié TomTom et Nana lors de la conception de la montre. C’est très réussi. Le confort d’utilisation pendant la course est au rendez-vous. Très lisible, l’écran est suffisamment large pour afficher en petit en haut de l’écran la durée et la distance parcourue et en plus gros au centre selon votre choix l’heure, la durée, la distance, le rythme, le rythme moyen, les calories brûlées ou encore la fréquence cardiaque si vous avez acheté l’option cardio fréquencemètre. Pour ceux qui s’entrainent de nuit pendant que la team Jolie Foulée danse la lambada, il suffit d’effleurer l’écran pour qu’il soit rétro éclairé. Les côtés du capteur GPS carré, placé sous l’écran donc facile d’accès, servent de boutons permettant de naviguer et de faire des choix d’affichage de façon rapide et précise. Après l’effort, la connexion à l’ordinateur et l’accès à l’interface MySport pour admirer ses performances sont tout aussi easy. Vous obtiendrez vite ce type de données scientifiques attestant clairement de votre forme olympique :

Footing vénère.
Fractionné 11 x 200, 40 sec de récup’.



































Performance : accrochée à votre poignet, la TomTom Runner sera votre nouvel outil pour booster vos performances. Il est agréable d’obtenir à la fin d’un footing toutes les infos telles que le nombre de kilomètres parcourus, allure moyenne, dénivelé, etc. Connectée en quelques secondes grace au « Quick GPS », vous pourrez régler précisément votre vitesse lors de vos entraînements. La TomTom va plus loin, il vous sera aussi possible de programmer une séance de fartleck ou de fractionné avec échauffement, temps ou distance de travail puis de repos, nombre de répétitions et enfin récupération. Un mode particulièrement utile pour faire des séances solo, la montre rythme votre entraînement encore plus strictement qu’un coach et vous obtenez par la suite un résumé statistique sur l’ordi. Petite réserve sur ce dernier point, on aimerait pouvoir analyser plus en détail nos perfs avec par exemple sur une séance de fractionné, le chrono pour chaque répétition d’une distance. On attend la mise à jour de Mysport qui nous offrirait ce type d’info.

Résumé : Passer la TomTom Runner au poignet est devenu un réflexe comme enfiler notre slip fétiche avant de courir. Elle est à la fois un outil de motivation, de performance et d’analyse. Légère et confortable à utiliser, elle vous permettra de laisser votre smartphone bien au chaud à la maison pour enfin vous couper du monde pendant vos sorties. Il s’agit d’un outil simple et efficace qui vous permettra de suivre l’évolution de vos perfs (ou de vos contre performances). Attention pour les susceptibles, la montre ne ment pas et vous prouvera statistiquement votre méforme dans les mauvais jours. Vous pourrez aussi vous la raconter avec une impression écran d’un bon footing (voir plus haut). Pour ceux qui n’y arrivent pas vous pourrez aussi sauter sur votre vélo et faire un ride suivi par GPS pour gonfler vos scores (technique Idris).

Note : + = Il vaut mieux regarder l’heure sur ton portable / +++++ = Si on n’a pas cette montre à 50 ans on a raté sa vie de runner.

 

Esthétique : ++

Confort : ++++

Performance : ++++

http://1.gravatar.com/avatar/ad516503a11cd5ca435acc9bb6523536?s=100

About Lionel Fracture

Je suis contre le port du cuissard en course à pied. Longue vie au short flottant ou papillon.

Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus