IMG_0234

TEST NIKE FLYKNIT LUNAR 3

18 février 2015 par Benjamin Jégou

TEST NIKE FLYKNIT LUNAR 3

Mo Farah, Maxence Rigottier, Harry Bignon. Chacun ses héros. On avance tous à travers une idole, un guide ou un exemple sur lequel on règle nos pas. Dans la lignée des figures inspirantes, on citera également Catherine Bouenard qui, hasard du calendrier, a remporté ce dimanche à Paris son troisième titre de championne de France de vitesse de tricot. 264 mailles à la minute, une maitrise sans pression à en faire pâlir les concepteurs de la troisième version de la Nike Flyknit Lunar 3 qui sort aujourd’hui sur Nike.com. Hasard ou coïncidence ? Pour Jolie Foulée ça ne fait aucun doute, c’est un complot !

Aspect et esthétique : Si l’histoire de la Nike Flyknit Lunar 3 nous était contée, nous la comparerions aisément au dernier tube-maker Virgin Radio : 1 premier album top of the pop, un second opus déceptif et un retour 3.0 empli de sagesse. Il est vrai que si la Flyknit Lunar 1 avait clairement marqué les esprits au moment de sa sortie, la seconde version n’avait quant à elle pas comblé les attentes de son public. C’est donc avec une certaine appréhension et beaucoup d’espoir que nous attendions la V3. Résultat, tel un premier amour qu’on a du mal à oublier, la magie opère à nouveau dès le premier regard. Coquine devant l’éternel, on se laisse amadouer par ses courbes marquées et ses coloris multicolores inédits. Les modèles de lancement proposent un mix innovant entre un gris foncé et du orange pour l’homme et un mélange rose et noir pour la femme. Chacun se fera son idée mais pour nous c’est pouce en l’air !

Confort : En lançant sur le marché du footwear la technologie Flyknit et ses empeignes en tricot, Nike a clairement donné une nouvelle dimension à la notion de confort. Il suffit d’y glisser un orteil pour se délecter de cette douceur et apprécier la délicatesse de ce soulier. Par son élasticité naturelle, l’empeigne en Flyknit maintient très correctement le pied au moment de rentrer dans le dur tout en gardant une ventilation ciblée. Véritable nid douillet pour vos petons, les designers de l’Oregon ont même pensé à intégrer un renfort en mousse au niveau de la cheville pour un maximum de confort et de protection dans l’effort. Autre atout technologique propre au géant américain, le Dynamic Flywire, sorte de ceinture de sécurité du pied vous maintiendra votre outil de travail avec un verrouillage sur-mesure. Pour les plus casse-cou, les gars ont même doublé le Flywire histoire de satisfaire tout le monde. Pour finir sur une note sucrée, la mousse Lunarlon présente au niveau central de la chaussure fera bénéficier chaque runner d’un amorti dynamique, doux et léger. De la vraie poésie.

Performance :  On sait bien que la chaussure ne fait pas le runner mais on sait également que si on en a réellement envie, on peut faire moins de 25 minutes sur un 10K. Mais on préfère le garder pour nous, ou pour une prochaine grosse occasion. Ceci étant, la Nike Flyknit Lunar 3 pourrait très bien faire l’affaire pour notre futur pétage de chrono. Aussi à l’aise sur des sorties longues que lors de séances de fractionnés, la FL3 est une sorte de chaussure bobo, qui aime se dépenser à la ville durant la semaine et se détendre en pleine nature le weekend. Les encoches de flexion présentes sous la semelle ont été imaginées en fonction de la carte de pression du pied au moment de l’impact afin d’avoir un max de flexibilité et de sensation lors de la propulsion. Pour finir, et même si cela peut paraître déplacé, on vous glisse le poids de la petite : 240 grammes pour un 44 bonhomme et 190 grammes pour un 39 zouzette. C’est dit.

Résumé : Difficile de ne pas succomber aux charmes de la Nike Flyknit Lunar 3. On est séduit dans un premier temps par les jeux de couleurs apposés sur le tricot de mamie au niveau de l’empeigne avant de littéralement succomber au confort du modèle. Pour la petite histoire, le projet Flyknit a été lancé en 2007 et il aura fallu 195 ajustements pour arriver au produit final et voir le jour en 2012 lors des JO de Londres. L’effort paie toujours. Plus légère et plus résistante que les V1 et V2, l’amorti souple de la semelle Lunar est toujours un régal. Pour les plus pointus d’entre vous, ou les plus créatifs, vous trouverez aisément votre bonheur au sein du programme iD pour personnaliser votre Nike Flyknit Lunar 3 aux couleurs de votre slip préféré.

Note : + Fiesta pour les 18 ans de Dylan au Café OZ, Grands boulevards =  / +++++ = Sauterie fine façon DSK, sa clique, son Carlton, ses copines.

Esthétique : +++++
Confort : ++++
Performance : +++

TEST NIKE FLYKNIT LUNAR 3 TEST NIKE FLYKNIT LUNAR 3 TEST NIKE FLYKNIT LUNAR 3 TEST NIKE FLYKNIT LUNAR 3 TEST NIKE FLYKNIT LUNAR 3 TEST NIKE FLYKNIT LUNAR 3 TEST NIKE FLYKNIT LUNAR 3 TEST NIKE FLYKNIT LUNAR 3 TEST NIKE FLYKNIT LUNAR 3

http://1.gravatar.com/avatar/ad516503a11cd5ca435acc9bb6523536?s=100

About Benjamin Jégou

Runner in slow motion. My favorite playground is the street. Sneakersaddict, musicologist, I don't give a shit about running. Catch me @benracer

Mots-clés : , , , , ,

  • iLilo

    Hello,
    Merci pour ce test bien détaillé. Ma grande question c’est que valent elles comparées aux Ultra boost de chez Adidas ? Est ce comparable ?

Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus