P1080477

FLORIAN CARVALHO : INTERVIEW DE L’HOMME QUI VOUS L’A MISE AU 10KM PARIS CENTRE 2015

19 mai 2016 par Kevin Calderan

Les Jeux Olympiques de Rio approchent. Par conséquent, Nike nous a encore concocté une session de gala mardi soir avec un Speed Run au Stade Charlety en présence de Clémence Calvin et de Florian Carvalho. C’est avec grand plaisir que nous avons interviewé ce dernier, connu suite à la branlée qu’il nous a mise lors du 10KM Paris Centre 2015.

SW15114_NIKE_10KM_Winner_PR

Toi qui a gagné le 10KM Paris Centre 2015, est-ce que tu as prévu de remettre ça cette année ? 

Tout dépendra de la fin de saison mais oui, avec grand plaisir. C’est une course qui m’a bien plu, ça change. Puis c’est lié à la préparation des Europe de Cross qui ont lieu en Décembre (également 10KM), c’est d’ailleurs ce qui m’a permis de faire un très bon chrono (29’00) au 10KM Paris Centre l’année dernière.

En t’alignant sur 10KM Paris Centre, sachant que ta spécialité c’est le 1500m, tu visais vraiment la première place ?

Je partais pour faire 29″15 mais finalement je finis bien avec plus d’une minute d’avance sur le deuxième. L’atmosphère et le parcours m’ont vraiment plu. Du coup je me suis élancé sur  le 10KM de Rome en Décembre dernier, et je finis premier en 28″46. Avec un parcours beaucoup moins roulant qu’à Paris.

« Je finis premier en 28″46. Avec un parcours beaucoup moins roulant qu’à Paris. »

Quel est ton meilleur souvenir de course à pied ? 

Ma première marseillaise à Bruxelles pour les Europe de Cross en junior. J’avais 16/17 ans, et fait des sacrifices pendant plusieurs années pour espérer un jour décrocher une marseillaise. Après il y a plein d’autres souvenirs qui me viennent, mais oui, c’est le plus marquant.

Le pire ? 

J’en ai deux. Le premier c’est le seul et unique abandon de ma vie. Un petit 3000m à Savigny-le-Temple, où je suis annoncé comme une Rockstar avec un nouveau record qui doit tomber ce jour-là. Alors que moi, je n’avais rien annoncé du tout. Résultat : j’ai pris la pression, je pars sur les bases du record et 2 tours avant la fin j’abandonne. Du coup je me suis excusé au micro car tout le monde attendait mieux. L’autre, c’est ma déception aux Jeux Olympiques où je finis demi-finaliste avec une raclée monumentale. Au moment où le premier arrive je suis à 100 mètres de la ligne. J’ai été inexistant.

« Résultat : j’ai pris la pression, je pars sur les bases du record et 2 tours avant la fin j’abandonne. »

Du coup pour cette année à Rio, tu le sens comment ? 

Je fais finaliste 2013 au mondial de Moscou, 2014 année compliquée, et l’année dernière je me suis blessé. Après depuis le début de la saison tous les voyants sont au vert, je fais des bons chronos, je me sens bien donc j’espère retrouver mon niveau de Moscou.

Comme cela ne va jamais nous arriver, peux-tu nous expliquer ce que ça fait de courir en tête ? 

Justement, au 10KM Paris Centre, je n’ai pas eu cette sensation car on ne se rend pas compte de toute la masse qu’il y a derrière. Courir devant sur du long on voit venir donc on peut se faire plaisir mais sur 1500m c’est différent car on a du mal à creuser l’écart avec le deuxième.

Quelle est ta distance préférée en dehors du 1500m ? 

Pas vraiment une distance préférée mais là où je prends le plus de plaisir, c’est clairement le Cross. Pour moi ça reflète vraiment les bases de l’athlétisme. Il y a de la boue, c’est dur, et on va à la limite de nos capacités. Puis ça me fait une bonne coupure avec la piste, j’aime bien.

« Là où je prends le plus de plaisir, c’est clairement le Cross. »

Quels conseils peux-tu donner aux coureurs en vue du prochain 10KM Paris Centre ? Notamment pour réduire l’écart de temps entre toi et eux. 

Déjà pour progresser il n’y a pas de secrets, il faut faire du fractionné. Le jeu d’allure est super important pour muscler le coeur. Puis il faut avoir un mental car c’est dur le 10KM, il ne faut pas le négliger. C’est une très belle épreuve. Pour moi les kilomètres les plus durs sont 7, 8 et 9 car jusqu’à 6 c’est facile à tenir. Passé ce gap, c’est dur pour tout le monde. Même pour les coureurs qui le font en 30 minutes.

Tu préfères gagner une nouvelle fois le 10KM Paris Centre ou être 4ème à Rio ? 

(rires) Je préfère être 4ème à Rio quand même. Même si on ne retient que les vainqueurs, l’impact international est plus important en finissant 4ème aux Jeux. Sur le moment tu es forcément déçu, pendant 2/3 semaines tu ne penses qu’à ça. Mais dans le fond 4ème aux Jeux c’est déjà énorme, puis même finaliste c’est déjà bien. C’est clairement mon objectif pour Rio. Et une fois en finale, tout est possible.

D’un point de vue produits, tu cours avec quoi ? 

Je cours beaucoup avec la Pegasus à l’entraînement. J’ai essayé la Free après avoir subi le syndrome de l’essuie-glace pour courir en minimaliste et renforcer mon corps. C’est une bonne alternative des pointes. Sinon pour le 10KM Paris Centre et celui de Rome j’étais en Zoom Streak.

C’est quoi ta définition d’une Jolie Foulée ?

C’est un runner fluide, relâché, et qui donne cette impression de courir sans faire d’efforts. Je l’imagine sur une piste, dans un virage négocié avec classe.

« C’est clairement mon objectif pour Rio. »

P108047313237711_1091424717570634_2794952744494155945_n12916093_1061300100583096_1561217955647247755_o10314022_1012388125474294_7729584898707685297_nDSC_3039

Un grand merci à Florian pour sa disponibilité. Et merde pour Rio.
En tout cas le message est passé, vous avez peut-être vos chances pour le 10KM Paris Centre 2016 !

Mots-clés : , , , , , , ,

Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus