IMG_2869

TEST : SAUCONY KINVARA 7, LA BONNE PIOCHE !

24 avril 2016 par Lionel Fracture

Costaude (oui apparamment ça se dit) sur le marché américain, la marque Saucony fait parler dernièrement grâce à la sympathique opération Saucony Running Club au jardin d’acclimatation mais gagne surtout à être connue de par la qualité de son offre de chaussures. Après avoir testé et approuvé la Triumph ISO 2, c’est la Kinvara 7 qui est maintenant à nos pieds. Voici quelques éléments et autres bêtises qu’on peut avancer sur la paire.

IMG_2838

IMG_2897

IMG_2875

Aspect et esthétique : On ne va pas s’éterniser sur cette section du test. La Saucony Kinvara 7 n’est pas la plus sexy des pompes de course à pied. Le design est sobre, le chaussant est assez fin. La paire a le mérite d’être simple avec un coloris vert fluo / black pour exciter un peu une tenue. Si on ne la portera probablement pas en dehors des entrainements, elle n’est pas non plus dégueulasse.

Confort : Chausson bien rembourré, la première impression est excellente quand on glisse son pied dans la Kinvara 7. La partie talon et cheville est comme mise dans un cocon alors que l’avant du pied est abrité par un mesh léger, aéré et résistant. La paire est dotée de la nouvelle technologie Saucony Everun qui rappellera la technologie « Boost » aux adeptes de la marque aux trois bandes. La sensation au niveau de l’amorti est du coup très agréable, la K7 est tout sauf une chaussure « qui tape ». Testée sous le temps de chien de ces dernières semaines, son adhérence est excellente même sur sol trempé. Saucony réussit avec brio le dangereux pari de faire une chaussure légère et confortable.

Performance : Un coloris agressif, une paire légère, vous l’aurez compris, la Kinvara 7 n’est pas vouée à faire les 5 kilomètres d’un « Color mes couilles » en 42 minutes. Ici encore, la qualité de relance de la technologie Everun sera appréciée puisqu’elle est capable de générer un retour d’énergie de 83%. Comme dans une Adios Boost, on a l’agréable ressenti d’être dans une chaussure « qui court vite ». Ça relance, c’est confortable, pas de surchauffe, on peut envoyer la sauce pourvu que les jambes soient à la hauteur des shoes !

Résumé : la Kinvara 7 est clairement une bonne pioche. Destinée à vous accompagner sur vos séances de fractionné ou de fart-leck, vous la dégainerez aussi les jours de course que ce soit pour un 10K, un semi ou même pourquoi pas un marathon si vous êtes un coureur léger. Lionel Fracture a testé la polyvalence de la paire sous la flotte à l’entrainement comme sous le soleil des Foulées du Mégara ou du Marathon de Paris. Il est conquis par la Saucony K7 et ses Adios font la gueule, ça fait un moment qu’elles ne sont pas sortis du placard…

Note : + = Techniques de dopage de la Malaisie / +++++ = Techniques de dopage de l’URSS

Esthétique : +++

Confort : +++++

Performance : +++++

Disponible sur I-Run en 3 coloris, équipez- vous ici !

MEG9

Tunis !

http://1.gravatar.com/avatar/ad516503a11cd5ca435acc9bb6523536?s=100

About Lionel Fracture

Je suis contre le port du cuissard en course à pied. Longue vie au short flottant ou papillon.

Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus