P1070817

SE BLESSER EN CAP POUR LES NULS

4 avril 2018 par Jean Pourrat

Syndrome de l’essuie glace, périostite,  syndrome de loge à l’effort, pubalgie, il ne s’agit pas là des divers problèmes que tu peux rencontrer sur ton Peugeot 106, mais des petites putes de blessures qui peuvent venir te ruiner une course, une prépa ou ton plus beau pas de danse un soir au Carmen.

Alors si tu cherches de bons conseils sur comment guérir une blessure ou comment en prévenir, ne lis pas la suite de cet article.

On te donne ici le Top 10 des bons plans pour chopper un bon TFL ou toute autre blessure à la con , histoire de te fingler deux mois de course à pied  et sortir une bonne excuse pour rester le cul dans le canap en PLS au lieu de te lever les dimanches matins pour courir.

N#1 Avoir une hygiène de vie médiocre :

Si suivre les conseils d’un diététicien n’est pas donné à tout le monde, chez Jolie Foulée nous pouvons compter sur Cédric notre dernier finisher du marathon de Paris. Adepte du kebab double-viande d’after party et du miracle evening, imiter son train-train quotidien te mènera à une belle inflammation. Celle-ci au moins te servira de bon prétexte pour ne pas aller bosser ton fractio le matin avec Nibrun.

 IMG_5027

 

N#2  Faire une  préparation marathon à la zeub :

Un programme à tenir sur 12 semaines, c’est du sérieux et de la rigueur avant tout. Le problème c’est que cette année, tu n’avais pas prévu le dernier coup des russes pour faire capoter ta prépa aux petits oignons. Courir sous les 5 degrés était une utopie et tu préférais sagement travailler ton foncier au chaud devant la Casa del Papel. Te voilà à la ramasse totale le jour J capot ouvert sur le bas côté au KM 28 en train d’attendre à la borne TractoLib.

18317993_10155395251789875_1641596796_o

 

N#3 Faire des sorties longues (trop longues) :

En prépa marathon c’est bien connu, il faut s’astreindre à la sortie longue. Mais pourquoi faire 25k quand tu peux en faire 40 nous demanderas-tu et tu aurais raison!

Le plus simple c’est de te trouver un semi marathon à 3 semaines de ton marathon. Rendez-vous à la course en courant (prévoir au minimum 10k de distance et les faire en moins de 38 minutes). Là tu retrouves tes potes sur le semi que vous courez en moins de 1h25, histoire de voir si vous êtes bien chauds, et si oui, après ça tu rentres chez toi en courant (là aussi prévoir bien 10k). Après cette belle sortie à la con, normalement lors de tes prochains run, une petite pique au niveau du genoux fera son apparition et là c’est Jackpot, TFL assuré !

N#4 : Mélanger soirée et course à pied :

L’histoire de l’Ekiden 2017 par JF:

La veille de la courte adopte une diététique stricte à base de gras et de pizza.

Ajoute à celà une bonne dose de malt et ou houblon (sous forme de bière ou jack).

Ne néglige surtout pas la partie conviviale d’une veille de course et partage cela dans un club près de chez toi.  

Repose-toi 3h et hop, tu peux partir fièrement sur la ligne de départ d’une course où la température est proche de ton degré de motivation. 

Si tu cours aussi vite que Driss mange des choucroutes en Alsace, tu devrais sans de trop de peine réussir à te blesser.

P1080754-2

 

N#5 : Avoir une (trop) grande estime de soi :

Vouloir faire un gros PB c’est bien mais connaître son potentiel c’est mieux. Chez Jolie Foulée, on a peu tendance à viser le soleil alors qu’en réalité on ne dépasse pas la rampe de lancement (même si ces derniers temps les chronos vont bon train). Tu peux  par exemple, t’inscrire à marathon quand tu n’as jamais couru plus de 3 fois 21 km dans ta vie… ou encore viser un sub 37 sur 10Km mais en te prenant une caisse la veille en te disant (oh ça va passer demain) et c’est bingo.

29250494_1718190701557126_772998438_o 

N#6 : Ne pas prendre chaussure à son pied  :

S’afficher avec la dernière chaussure fluo qui va vite, ça en jette max. Manque de pot, celle-ci est faite pour des profils poids plumes et de ton côté tu as du mal à éliminer les derniers kilogrammes de ta prépa raclette sauciflard. Son drop énorme est aussi impressionnant que ton tour de bidon en cette fin de saison frometon. La sentence est inévitable, après 5 sorties aux tuileries la McLaren des baskets fait caler ton appareil locomoteur, genoux en lambeau, tu rentres en métro. Au moins, la paire pourra décorer l’entrée de ta garde-robe.

Screen Shot 2017-08-07 at 13.43.05

(On voulez vous montrer une image de pied avec des ampoules mais c’est bien plus sympa une photo de Nafissatou Thiam

 

N#7 : Continuer même si t’as mal :

La course à pied est un sport ingrat… un footing “souple” peut laisser des traces. Si durant une séance ton genou se met à grincer comme le 407 de Samy Naceri dans les virages de la Castellane, c’est rarement bon signe. Effronté comme Michael Levillain… te persuader que la douleur c’est dans la tête n’est pas forcément intelligent. En montant les escaliers de chez toi, tu te rends compte que l’articulation qui te sers de genou vient simplement de se transformer en décapsuleur.

29365932_10156331881179875_2986228041501376512_o 

N#8 : Faire du fractionné 6 fois par semaine  :

L’exemple à prendre: notre capitaine Jagogo .. Comme lui tu trouves aucun intérêt à faire une sortie en plus de 4min au kilo, ton heatmap Strava n’est que les tours des plus belles pistes et Les mots “Endurance Fondamentale” te font saigner les tympans. Malheureusement, tu n’écoutes que toi-même et tu ressens une indéniable envie d’aller choper un Kom sur le stade des fillettes ou du moins de péter ton chrono à grand coup d’accélération et d’acide lactique dans les jambes.  Après avoir enchaîné les tours depuis le début de semaine tu te décides à suivre les bons conseils d’un inconnu sur la toile et tu te lances dans 5 x 5000… Le lendemain matin, impossible de mettre un pied devant l’autre, tes ischio-jambiers  sont pus raides que le manche de Rocko un soir de première, félicitation tu viens de gagner un mois de repos forcé. 

Ciele

N#9 : Viser une course où tu n’as pas le niveau :

Chaque début d’année, toi aussi tu te mets à imaginer des résolution débiles, arrêter le beaufort, diminuer l’alcool, augmenter ton rythme d’entraînement… en bon mytho tu les respectes 3 jours et demi puis aux oubliettes. Cependant, plein de bonne volonté il peut t’arriver aussi d’acheter un dossard sur un coup de tête du genre “ah cette année, je me met au trail”. Super idée Jean-Claude, tu habites Paris et monter les 6 étages de chez tes potes pour faire un FIFA, ça te les brise sévèrement. Aucune préparation hormis tes footing “en côtes” aux buttes Chaumont, te voilà le jour J durant la première descente glissante, un instant d’inattention et “PAF” te voilà en pleine dégustation de cailloux avec 3 chicos en moins et le coude dans la boite à gant. Ta bonne résolution se transforme en chemin de croix  . Le seul point positif, c’est qu’on propose de la soupe, du sauciflar et du fromage aux ravitos.

Fracture

 

 

N#10 : Aller à l’encontre des conseils des professionnels de la santé  :

Ton concubin(e) en as marre de t’entendre geindre sur tes douleurs et pour lui faire plaisir tu planifies une consultation chez le doc. À la vue de tes guibolles le spécialiste frôle la syncope, il te conseil une reconversion à l’Amigo et te prescrit une momification à base de K-tape. Mais toi, doté d’une inflexibilité digne d’un Claude Makelele avant un France-Brésil, tu ne cesses de penser à quelle allure adopter au 10×200 du lendemain. Tu décides donc de continuer ton programme, pas de chance, tu choppes l’intégral du best-seller JF “se blesser pour les Nuls”.

IMG_7626

http://0.gravatar.com/avatar/ad516503a11cd5ca435acc9bb6523536?s=100

About Jean Pourrat

Sosie officiel de PAB, Jean ne s'amuse pas à jeter des canettes sur les gens en soirée et n'est pas champion du monde. Bourrin comme un aveyronnais quand il s'agit d'enchainer les kilomètres.

Mots-clés : , , ,

Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus