Nicolas Navarro

NICOLAS NAVARRO, CELUI QUI FAIT CHIER CERTAINS

25 novembre 2019 par Nicolas Brun

Dans 6 jours aura lieu le marathon de Valence, épreuve de la fin d’année que tous les marathoniens attendent de pied ferme tant son parcours est favorable à une performance ; profil ultra plat voir descendant sur les derniers kilomètres, des milliers d’espagnols entassés sur le bord de la bord de la route pour mettre une vraie ambiance caliente, le tout sous une météo régulièrement clémente.

Sur la ligne de départ, Nicolas Navarro, athlète du S/L Aix-Athlé Provence, s’alignera pour la 3e fois consécutive sur le tracé espagnol en espérant améliorer son chrono (2h11’53 au marathon de Paris 2019 ; quelques heures de moins que Cédric ) et pourquoi pas aller chercher une qualification pour les Jeux Olympiques de Tokyo 2020. Les minimas fixés par l’IAAF pour être potentiellement sélectionnable par sa fédération  sont fixés à 2h11’30.

Entretien avec Nicolas Navarro, admiré par certains, suspecté par d’autres, à 6 jours du marathon.

Salut Nicolas ; tout d’abord est-ce que tu peux te présenter : ton parcours et ton histoire avec la course à pied. Il me semble que tu viens du vélo de route à la base c’est ça ? 

Oui, c’est bien ça, j’ai fait du vélo de route pendant 10 ans mais j’avais toujours l’habitude de faire quelques courses du coin. En 2010, j’arrête le vélo et le sport pendant 1 an et demi. Mon frère faisait du trail, ça m’a donné envie de reprendre donc j’ai commençé à préparer la course du village et depuis je n’ai plus jamais arrêté.
Du coup, j’ai intégré le club Cap Garonne mais c’était vraiment pas structuré ; je faisais toutes les courses locales, j’étais content, je gagnais des courses. Le but c’était de faire le plus de courses possibles pour tout gagner !
Je fais mon premier marathon en 2013 à Montpellier en 2h28’42 et un deuxième à Paris en 2014 en 2h32’58 ; mais je m’entraîne pas trop sérieusement, rien n’est organisé à ce moment-là, je ne fais pas de sorties longues, je considère la course à pied comme de l’amusement !

Nicolas Navarro

Nicole Navarra

 

Pas mal comme amusement de courir le marathon en 2h28′. Quel a été le déclic où tu t’es dit qu’il fallait peut-être mieux te préparer ?

C’est Marseille-Cassis (20km avec la montée de la Gineste, Fracture s’en souvient encore) en 2016. J’avais fait super gaffe à la bouffe, l’entraînement, j’avais vraiment préparé sérieusement cette course ; au final je termine 8e et 2e français en 1h03’52. A partir de ce moment-là, je vais changer de club, direction mon club actuel au S/L Aix-Athlé Provence.
Début 2017, j’améliore mon chrono sur 10, sur semi et je cours le marathon de Paris en 2h20’11 : j’étais super content ! Je termine l’année en améliorant de nouveau mon chrono sur marathon à Valence en 2H17’56 !

Progression fulgurante, comment est-ce que tu expliques cela ?

Ce qui m’a aidé, c’est d’y aller progressivement. En terme de volume notamment ; j’ai augmenté le nombre de kilomètres sur mes préparations marathons. Pas forcément le volume hebdomadaire mais plus sur le volume de séance : par exemple je faisais 10×1000 maintenant j’essaie de faire 12×1000 ou 15×1000. Mais c’est sûr que l’on ne fait pas 200 kilomètres par semaine du jour au lendemain, il m’a fallu plusieurs années avant d’en arriver là.

Quelle est ta vision du niveau élite français de ce sport, et quelle place selon toi ont les sportifs très performants mais qui sont bien loin du niveau international de ce sport ? On pense notamment à tous les athlètes autour de 2h15.

De mon côté, j’ai fait 2h11’53, j’ai aucune aide, j’ai rien. D’un côté, je m’en fous je fais pas pour ça mais j’ai aucun contact avec la fédé, et j’ai 0 sponsor.

Nicolas Navarro 3e meilleur marathonien français actuel, derrière Amdouni(2h09’14) en contrat chez Asics et Chahdi (2h09’55) en contrat chez adidas : T’es dégouté de pas avoir de Next% gratuite ?

Ahaha moi je m’en fous, j’ai acheté ma Next comme tout le monde, sur l’application Nike App d’ailleurs ! Je n’ai pas forcément envie de vivre de la course à pied, mais depuis peu de temps je mets toutes les chances de mon côté pour que cela se passe le mieux possible sportivement parlant. J’étais à mi-temps chez Decathlon, j’ai pris du sans soldes pour optimiser encore plus la prépa et surtout la récupération !

Revenons au marathon de Valence 2019 ; ta prépa s’est bien passée ? c’est ta meilleure prépa ? 

J’avais bien préparé Paris (2h11’53) car j’avais pu partir au Kenya avant, mais oui je pense que c’est vraiment la plus optimale. Bon, il y a 15 jours je suis tombé pendant mon footing nocturne sur un petit chemin en tapant mon pied dans une racine, depuis j’ai un peu mal au genou mais les séances de mésothérapie m’ont fait du bien. Le cartilage a un peu souffert, mais l’osthéo est confiant, le volume de la prépa a bien diminué je vais avoir le temps de récupérer.

Et donc quel est ton objectif ?

Je vais partir avec le groupe de 2h11 ; sachant qu’il sera composé entre 20 et 30 mecs donc ça peut bien aider ! Faut qu’on ait les bonnes conditions mais je vais essayer de faire les minimas ! Mais même si je fais 2h10′, je ne suis pas sûr d’aller aux JO, c’est le DTN qui choisit si il décide d’emmener quelqu’un ou pas. On va dire que c’est un peu à la tête du client. De toute façon, si je fais les minimas, on verra bien ce qu’il se passe, ils seront un peu embêtés !

Mais dans l’idéal, j’aimerais bien faire 2h09’54 et le battre (il parle de Hassan Chahdi et son chrono de 2h09’55), histoire de !

D’ailleurs chez Jolie Foulée, nous sommes divisés sur ton profil et ton éclosion qui peut susciter des doutes. D’ailleurs ton nom n’est jamais cité parmi les athlètes les plus cleans tels que Chahdi, Malaty ou Carvalho. Comment tu vis cela ?

Je le vois bien, mon nom ressort souvent sur des affaires de dopage. D’ailleurs sur l’affaire Amdouni mon nom est ressorti alors que j’ai rien à voir avec lui. J’essaie de m’en détacher, mais je comprends pas cet acharnement sur les réseaux sociaux. Je fais mon truc, je ne demande rien à personne et certains me reprochent tout et n’importe quoi. Je viens pas du monde de l’athlé, ça fait un peu chier certains je pense.

En ce moment, c’est mes footings lents qui sont critiqués ; certains ne comprennent pas l’intérêt des footings lents pour courir des marathons super vites !

Et enfin, pour toi c’est quoi une Jolie Foulée ?

Déjà, c’est pas la mienne parce qu’elle est un peu attaque talon. C’est une foulée de marathonien, belle foulée avec de la fréquence, économique.

Nicolas Navarro

Et qui a la plus Jolie Foulée entre toi, Chahdi et Carvalho ?

Ah, ça m’embête de le dire, mais celle de Hassan Chahdi est quand même pas mal !

Nicolas Navarro

On vous donne rendez-vous Dimanche 1er décembre aux alentours de 10h40 pour voir quel français franchira en premier la ligne d’arrivée. Mais on pourra compter sur l’Aixois bien déterminé à tirer son épingle du jeu.

Nicolas Navarro

Nicolas Navarro – Valence 2018

 

Nicolas Navarro

Après un after Jolie Foulée

 

 

 

 

http://0.gravatar.com/avatar/ad516503a11cd5ca435acc9bb6523536?s=100

About Nicolas Brun

Il est blond mais il s'appelle Brun, il aime les nibards et la course à pied, c'est Nibrun.

Mots-clés :

Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus