P1070255

TEST : ADIDAS ADIOS BOOST.

12 novembre 2013 par Lionel Fracture

Aussi sexy qu’Emily Ratajkowski et aussi performante que Tirunesh Dibaba, la Adios Boost est incontestablement la chaussure qui fait parler d’elle en cette fin d’année 2013. Bien aidée par Wilson Kipsang elle a pété le record du monde sur marathon à Berlin fin septembre. Devenue la meilleure représentante de la technologie Boost, elle place Adidas au top du game. Amateurs de belles formes et de sensations de vitesse nous tenions à la tester. Voici nos impressions.

Aspect et esthétique : coloris masculin comme féminin très chauds, finesse des lignes et côté technique mis en avant par la semelle intermédiaire Boost « aspect polystyrène », vous n’avez pas pu la rater chez votre marchand de souliers. Grâce à son design particulièrement réussi, la Adios permet au runner qui la porte d’être au top du style sur la ligne de départ. Nous n’hésitons pas à la mettre pour aller boire un chocolat en ville avec notre rendez-vous Tinder et là aussi elle fait son petit effet.

Confort : on ne demande pas à une Formule 1 d’être aussi confortable qu’une Mercedes Classe C, faite pour la compétition, la Adios Boost n’est pas un chausson. Très légère, il n’y a rien de superflu que ce soit au niveau de la doublure ou de l’empeigne. La technologie Boost assure cependant un amorti performant. Lacets serrés, le pied est très bien maintenu, la semelle Continental offre une excellente adhérence et donc une sensation de sécurité sur sol mouillé comme dans les virages serrés. Après plusieurs dizaines de kilomètres avec la paire aux pieds, aucune friction, aucune ampoule, nous sommes tout simplement à notre aise pour cavaler.

Performance : déjà psychologiquement, dès qu’on la chausse, l’envie de tomber les records est au rendez-vous. Plus appropriée aux séances de fractionné qu’aux footings de récup’ la paire est parfaite pour courir un 5 ou un 10K. Les athlètes les plus minces pourront l’utiliser jusqu’au marathon comme notre poto Wilson. Sa légèreté et son dynamisme permettent vraiment une foulée véloce et aérienne. Après quelques kilomètres, au moment où les jambes commencent à fatiguer, le Boost tient toutes ses promesses : la résilience de sa mousse permet à la chaussure de nous restituer une partie de l’énergie absorbée suite au choc avec le sol. Les Adios Boost ne courront pas pour vous mais vous apporterons une aide très appréciable dans les moments de « moins bien ».

Résumé : dégaine racée et agressive, la Adios Boost est définitivement faite pour la compétition et les coureurs en quête de performance. Portée par les meilleures athlètes aux monde, elle est rapidement devenue une référence. A notre niveau elle n’a pas déçu : grâce à elle, Lionel a battu le record de son immeuble sur 10K. Sous ses airs de polystyrène, le Boost fait son taf autant au niveau de l’amortie que de la relance. Belle et efficace, la paire impressionne aussi par sa résistance. Le mesh et la semelle Boost qui peuvent paraître fragiles tiennent le choc au fil des kilomètres. Pour bien marquer notre appartenance à la caste des runners, nous adorons aussi la porter au quotidien.

Note+ = même pas digne d’une Atemi / +++++ = même le Pape les voudrait

Esthétique : +++++
Confort : ++++
Performance : +++++
http://1.gravatar.com/avatar/ad516503a11cd5ca435acc9bb6523536?s=100

About Lionel Fracture

Je suis contre le port du cuissard en course à pied. Longue vie au short flottant ou papillon.

Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus