GO FAST AU STADE CHARLETY

En grands fans des magazines So Foot, So Film et Society, on ne pouvait décliner l’invitation envoyée par Nike pour un évènement So Fast. C’est donc direction le stade Charlety que Jerem et Lionel se dirigent après s’être coltinés une nouvelle putain de journée de travail dans la moiteur de l’été parisien.

Sur place, ils sont accueillis par un plateau de haut niveau. Coach Longuèvre, le commentateur estampillé Canal+ Marc Maury, le champion du monde Abdalaati Iguider, le champion olympique Taoufik Makhloufi, les internationaux français Rénelle Lamote et Bryan Cantero, Jay Smith le courageux Captain du Paris Running Club et les blogueurs stars Jean-Pierre RunRun et Melchior M•P•Y de Street Tease. Tout ce beau monde est présent pour encadrer un groupe de jeunes gens et les faire courir 1 mile, soit un peu plus de 4 x 400m, soit 1610 mètres.

so fast
Longuèvre, Makhloufi, Iguider, Maury.

Quelques conseils de Makhloufi, un échauffement pépère dirigé par Renaud Longuèvre et c’est parti pour la première série dans laquelle est embarqué Lionel Fracture. Invité la veille par Jerem alors qu’ils étaient en train de siroter des bières à la soirée de lancement du numéro 2015 du magazine Pédale!, arrivé à l’arrache et inscrit à la dernière minute, Lio se retrouve dans la série bleue, la série des « costauds ». Ça tombe bien, le bonhomme est en forme même s’il a beaucoup fait la fête depuis son bon chrono sur le 10K L’Équipe entre le festival Sonar de Barcelone et la réouverture des Bains Douches à Paris. La série part tranquillement, rythme assuré par Bryan Cantero (3’36 sur 1500 s’il vous plait) pour qui cette « course » ressemble plutôt à un footing relax. 3’08 à la TomTom, Fracture craint de s’endormir alors il relance pour se placer aux côtés de Bryan sans toutefois lui faire l’affront de le devancer. Bon en fait après deux tours Lio est presque cramé, quelques concurrents lui passent devant tandis que Cantero se ballade et termine en 4’47, dernière ligne droite en roulades arrières. Fracture n’explose pas trop et coupe la ligne en 6ème position, 5’02, pas trop dégueu vu la prépa comme d’habitude plutôt light.

so fast
Ça gratouille. #SoFast

Après une demi-douzaine de séries, voilà que Jerem s’élance entouré de nos amis du PRC : Jay, Maxx, Alex, Shinobibi, Géraldine, Melchior et compagnie sont jeunes et ils sont (presque tous) sexy. Celui qu’on surnomme « la rotule », ne peut s’empêcher d’avaler quelques gorgées d’Heineken avant le départ mais n’est pas assez con pour accepter le défi de Fracture qui lui proposait de tomber les 33cl juste avant son mile. Contrairement au trail qu’il a fait en Andorre la semaine dernière Jérémie se présente à l’heure sur la ligne de départ mais ne peut suivre le rythme infernal imposé par Antoine qui réalisera le meilleur temps de la soirée, 4’43 au tableau d’affichage dans un Charlety aussi blindé que pour un match des féminines du PSG. Touché dans son orgueil, Bryan Cantero nous avouera plus tard : « si j’avais su j’aurais claqué un 4’30 ! ». Parti trop prudemment, Rotutu n’arrive pas à revenir sur les potos qui cavalent devant lui mais s’accroche jusqu’au bout pour décrocher un top 10 en 5’49. Melchior termine ses 1600m et c’est déjà pas mal.

so fast
Rotule à l’air. #SoFlou

La soirée se conclut sur fond de trap music distillée par le scientifique du sample Sims de NOw FUTUR, avec fumigènes, bretzels, Green Coke et Taillefine Fitness. Ambiance détendue. On prend le RER B pour rentrer au bercail, Fracture est accueilli par un « tu pues, c’est acide !!! » de la part de sa concubine. Bon ben alors une douche et puis au lit.

so fast so fast

so fast
L’homme au bob.
so fast
OUANE, TOU, TLI, VIVA MAKHLOUFI !!

so fast so fast

so fast
Que des numéros 10 dans Martine.

so fast

so fast
Dans le dur.

so fast so fast so fast

so fast
La gueule enfarinée.

so fast so fast

so fast
« Je sais pas si je vais la finir quand même avant le départ… »
so fast
PRC pour Paris Running Club.

so fast so fast so fast

so fast
On constate les dégâts.