Semi de Barcelone, Jolie Foulée, mes que un club.

La capitale catalane, quelques Estrellas, des bravas, des chipirones et des croquetas, un airbnb, un mitja marato de Barcelona propice à la vitesse, 8 idiots assoiffés de records et un after à l’Apolo. Il n’en fallait pas plus pour nous garantir un week-end des plus excitants à Barcelone.
Relevé de note pour cette course plutôt mal placée dans la prépa du marathon de Paris mais qu’on a quand même décidé de courir en bons bourrins.


Alassan 18/20 : Mais comment fait-il ? Dans le groupe le plus rapide du crew avec Jean, Nico et Lionel, il semblait se balader sur les 10 premiers kilomètres et attendre tout le monde. Il décide d’accélérer dès le 11ème et s’en va claquer un record en 1:16:15 bien propre. Loin d’avoir épuisé ses réserves d’énergie, il sera exfiltré par ses coéquipiers de l’Apolo car beaucoup trop déchainé sur le dancefloor pour la jeunesse catalane.


Nico 4/21 : « Je suis pas dedans, allez-y ! » un aveu de faiblesse qui brise les coeurs de Jean, Alassan et Lionel. Leur métronome n’est pas dans un bon jour et les avertit dès le 4ème kil. Oakley sur le nez, Nico va traverser ce Mitja Barcelona comme un touriste mais en 1:22:19 tout de même, histoire de ne pas se faire passer par notre grand Kéké.


Romain 11/20 : Arrivé à Barcelone sur la route du marathon de Paris pour continuer le plan maléfique du coach Nibrun, Romain a décidé d’être solidaire avec ce dernier et a donc évité de claquer son RP. Il repart avec un sub 1:50:00 loin de son meilleur niveau et un arrêt de course à pied d’une semaine pour cause de tibia en mousse. En galère à Barcelone comme Manuel Valls ou Antoine Griezmann.


Kevin 16/20 : En bon supporter du PSG, Kevin est venu à Barcelone remonté comme un coucou. Il déteste le FC Barcelone et est bien décidé à croquer ce semi. Auteur jusqu’à maintenant d’une prépa marathon de Paris aussi chelou qu’une maison de Gaudi, Calderon claque un excellent 1:24:32 synonyme de RP. On sait déjà que son prochain record sur semi aura lieu à Dortmund, c’est beau le football !


Adrien 16/20 : Adrien est à Jolie Foulée ce que Kevin est au PSG, un supporter prêt à faire des centaines de kilomètres pour encourager son club favori. Community manager, guide gastronomique et intendant, Béarnaise s’est positionné au 19ème kilomètre pour soutenir ses troupes au moment où ils en avaient le plus besoin. Adrien est le premier ultra de Jolie Foulée, c’est beau.


Cédric 15€20 : Il n’a jamais craché sur un dossard gratuit alors quand il a su que ce Mitja Barcelona était offert, il a booké le vol le moins cher pour se pointer et dormir non pas en airbnb mais chez un ami. Une fois rassuré de ne pas faire parti du tricount du week-end, il a éclaté son RP, l’esprit léger, en 1:43:51. Il donne rendez-vous pour une nouvelle perf avec encore moins de frais au semi de Paris.


Lionel 14/20 : Après une grippe qui lui a fait perdre 10 jours d’entrainement, son coach lui avait conseillé de faire cette course en sortie longue. En bon bourrin, Lio n’en fait qu’à sa tête et part avec le groupe des plus énervés. Incapable de répondre à la giclette de Jeannot qui suit Alassan vers le kilomètre 11, Lionel se dit qu’il ramassera l’aveyronnais avant l’arrivée. Dans le mal à partir du 14ème, il termine en 1:18:13 au mental et sans ramasser personne. RP quand même.


Saint-Bernard 14/20 : Thibaud est un monomaniaque du plan du coach Nibrun, il suit à la lettre les instructions et ne laisse aucune place à l’improvisation ou à l’instinct. La consigne à Barcelone était de partir en allure marathon puis de finir plus vite. Son principal concurrent Calderon étant parti devant, il lui lance un « Kevin, j’arrive ! » au détour d’une épingle à cheveux. Le nouveau RP en 1:26:43 ne suffira pas pour rattraper son rival alors Saint-Bernard lui mettra une branlée à l’Apolo en étant beaucoup plus éclaté et présent sur la piste de danse.


Jean 17/20 : Pourrat-il s’en remettre ? Grippé suite à cet enchainement RP et fiesta à l’Apolo. Jean a fait ce qu’il sait faire de mieux : n’importe quoi. Churros et chocolat + meringue avec Lionel en goûter la veille de la course. Giclette de l’espace pour recoller au rythme d’enfer d’Alassan, il a malgré tout brillé une nouvelle fois pour scorer un beau 1:17:14 avant de s’éteindre le lendemain midi avec une triplette bière, clope, vomis dont lui seul à le secret. Un génie.


Pluie de RP sur Barcelone le week-end dernier donc. Pas sûrs de retourner sur cette autoroute catalane, propice au record mais située au coeur d’une ville beaucoup trop vicieuse pour nos athlètes. Si les chronos continuent de tomber, la rigueur est une valeur que l’équipe maitrise toujours aussi mal. Pour notre plus grand plaisir.