24 HOURS INVINCIBLE : LES NOTES.

Confinés, privés de dossards et couverts de feu, il n’en fallait pas plus aux intellectuels qui composent notre équipe pour mettre au point leur défi à la con : faire un maximum de kilomètres en 24 heures pour vérifier si la nouvelle paire Nike rend vraiment invincible. Ramené à 12h à cause du couvre feu, le challenge demeurait tout aussi débile. Et si on aurait pu croire que certains allaient s’économiser ou prendre du bon temps pour ce contest sans réel enjeu, presque tout le monde a joué le jeu à fond. 100% de tests PCR négatifs, c’est parti pour le relevé de note.

Alassan / 17/20 : blessé et à court d’entrainement en arrivant, Alassan avait annoncé une dizaine de kilomètres maximum, en petites foulées et sans faire de bruit, il aura finalement parcouru 55km en 12 heures. Invincible et insolent.

Cédric / 4/20 : coureur sans talent par excellence, la mascotte Jolie Foulée avait décidé qu’il « n’avait pas les jambes ». Sans ses pacers attitrés et tous le confort mis à la disposition de celui qu’on appelle le Kipchoge de Bron Terraillon, il ne faut pas compter sur son mental en carton ni sur la moindre envie de se rentrer un peu dans la gueule pour accumuler les kilomètres. 33km au final, décevant.

Idris / 10/20 : depuis 2015, il parle d’un retour à la course à pied plus sérieux sans jamais avoir enchainé plus de 2 semaines d’entrainement jusqu’à aujourd’hui. Idris voulait simplement contrôler Cédric et faire plus de kilomètres que lui, sa mission a été rendue particulièrement facile par son rival du jour qu’il a éteint avec 35 kilomètres sans même avoir à forcer son non talent.

Jean / 19/20 : de quoi est fait cet homme ? Un défi sur mesure pour l’insatiable aveyronnais. Il était parti dans l’idée de faire 3 marathons. En ayant bouclé le premier en 3h11, il a été forcé de revoir l’objectif à la baisse et rate de peu les 100K qu’il rêvait de voir s’afficher sur sa Polar. 90km allure moyenne 5’/km : débile et invincible.

Jérémie / 13/20 : embarqué dans un combat plein de ruses et de stratagèmes pour enquiller plus de bornes qu’Idris et Cédric, Jérémie Rotutu aura finalement eu le dernier mot en se payant le luxe d’afficher le nombre mythique de 42 kilomètres au compteur. Il est enfin là ce marathon pour lequel il ne s’était pas préparé.

Kevin / 16/20 : si le PSG avait un dixième du mental de son plus fidèle supporter Kevin Calderon, la coupe aux grandes oreilles aurait atterri dans le placard à trophées du Parc des Princes depuis longtemps. Ultra dans l’effort comme au stade, Kevin a bourriné les kilomètres jusqu’à ce que sa foulée ne ressemble plus à grand chose. 70km plus tard, il s’est satellisé devant PSG-OM avant de demandé au DJ de mettre « Locked-up de Usher ».

Lionel / 14/20 : obstiné sur une stratégie de 30min/30min pas forcément validée par ses collègues, Fracture est allé au bout de son idée jusqu’à ce qu’un ravitaillement un peu trop appuyé provoque des points de côté immobilisants. Un dernier baroud d’honneur avec Alassan pour atteindre 60km sur les 72 prévu dans la journée et un Captain Maurten (Captain Morgan + Maurten) pour bien récupérer.

Saint-Bernard / 15/20 : incertain comme Alassan à cause d’une contrariante contracture contractée contre son gré, Saint-Bernard s’est décontracté de façon déconcertante pour décortiquer 51 kilomètres. Il couchera tout le monde pour matter une mi-temps de Super Bowl et la performance de The Week-end. Invincible comme Tom Brady.

TDRL / 16/20 : la bonne pioche du week-end, notre professeur Mégot, l’homme qui possédait jusqu’alors un record de distance d’un quart de marathon a su s’affranchir de toutes ses limites pour parcourir pas moins de 16 kilomètres entre deux clopes et deux siestes. Imprévisible, incroyable, invincible.

Nike ZoomX Invincible Run Flyknit / 19/20 : au-delà de réduire le risque de blessure, certains membres de la team mal en point ont pu exprimer tout leur non potentiel athlétique. On ne sait pas dans quelle mesure cela est dû à la paire mais certaines blessures ont été gommée et même TDRL a fait 16 bornes ! Les bourrins ont bourriné, 60, 70, 90 kilomètres. Toute cette bêtise s’est passé dans un confort musculaire de plus en plus relatif au fil des kilomètres mais un confort quand même bien réel au niveau de nos pieds et de nos shoes.

L’équipe avait estimé la veille au soir pouvoir courir 423 kilomètres, avec un total de 452 bornes, le contrat est plus que rempli, nos untalented runners devenant invincible entre deux couvre-feu. Un grand merci au gouvernement d’abord pour ne pas avoir flingué notre week-end avec un confinement puis pour avoir mis en place ce foutu couvre-feu qui nous a évité l’une des pires galères de notre vie en amputant de moitié le nombre d’heures de cette riche idée de défi. Prenez-soin de vous, soyez invincible !

24 Hours
24 Hours