QUI ES-TU TDRL ?

TDRL est un personnage fascinant et attachant. Un mode de vie à part, aux antipodes des habitudes d’un coureur qui fait de lui l’exemple à ne pas suivre dans l’équipe mais surtout celui avec qui s’embarquer pour une bonne soirée.

Thibaud, peux-tu te présenter rapidement, d’où viens-tu, quel âge tu-as, ce que tu fais dans la vie, quelle est ta marque de céréales préférée, etc. ?

Hello, whats really good !? Je m’appelle Thibaud, tdrl sur internet, 32 ans, génération 87, je viens de Varois et Chaignot et je suis dans le textile comme Booba. J’aime les chaussures de sports et le textile, j’aime beaucoup l’alcool et la mondanité. Mes céréales préférées sont anciennement les CHOCOS, avec l’ours, maintenant ça s’appelle les Coco pops chocos avec le singe, sinon j’aime bien les Froot Loops, mais c’est trop rare en France.

Comment es-tu venu à la course à pied et quels sont tes records ?

Disons que je ne suis pas vraiment venu à la course à pied, c’est plus un appel à l’aide de la discipline qui m’a fait venir, je dois sauver ce sport de tout son sérieux, de toutes cette guerre au chrono. Je traine mes guêtres sur toutes sorte de course depuis mon plus jeune âge, j’ai jamais été bon en course à pied au grand dam de mon père. Lors de mon Erasmus en suède en 2013 j’allais courir de temps à autre, il y avait une boucle dans la forêt de 3km vers mon campus, mais ma première course officielle fut le « Rotterdam quarter marathon » en 2015, en 1h15 je crois, puis j’ai fait le 10K Adidas en 2019 en Nike Sacai pour rigoler, en 1h17 il me semble, bien sur, les deux courses sans entrainement, ni même run pour me décrasser avant.

Et avec Jolie Foulée ça s’est fait comment ?

Je connais virtuellement Idris depuis 2004 via nos skyblogs respectifs et les forums de sneakers, avec Lionel on se suivait aussi sur skyblog sans se connaitre, en 2013, Lionel est venu travailler là ou je bossais, on a vite sympathisé, et avant que je parte en Suède il m’a expliqué son projet de monter Jolie Foulée, à partir de là, j’ai toujours suivi ce qu’il se passait du coin de l’oeil. J’ai fait une interview pour JF suite à ma course à Rotterdam, puis en 2015, Lionel m’emmenait courir avec d’autres collègues une fois par semaine, ça a duré quelques mois, puis nous avons arrêté. Je faisais pas mal la fête avec Lionel, Cédric, Pierre ou encore Jérémie à l’époque, surtout rue Lafayette dans la magnifique collocation de Lionel et Alassan donc je connaissais quasiment tout le monde chez JF. Je crois que c’était à l’été 2017 que Lionel m’a proposer de rejoindre JF pour faire des test Lifestyle, et on a attaqué durant l’hiver, depuis je suis le seul membre de JF qui ne peut pas être qualifié de Runners.

Pourquoi tu ne t’entraines jamais ?

Pour une raison toute simple, ma vie n’a aucun sens, je peux sortir un lundi soir jusqu’a 3h du matin et ne pas sortir le week-end, je me couche tard car je prends le travail tard, je n’arrive jamais à me motiver pour aller faire ne serait-ce que 5K. J’aime dormir, j’aime manger tard et gras, j’adore la bière et vraiment me lever pour aller courir serait un supplice, aller courir le soir ? J’ai mieux à faire. Cela devrait changer sur le second semestre 2020, inshallah.

Ton meilleur et ton pire souvenir depuis que tu es dans le team ?

Plein de bons souvenirs que ce soit par rapport au running mais aussi tout ce qui est annexe, on est vraiment une bonne bande de potes, HELLO BIRDS ÉTRETAT 2018 et 2019 c’était grandiose, l’impression de partir en colonie de vacances mais personne n’a son BAFA, un lâché de débiles assoiffés qui ne respectent rien , pas même eux. La première année c’était à la Clairefontaine, on est un peu arrivé chacun de notre coté, au bout de 48h, on était un groupe solide.
Pire souvenir, je dirais le Marathon de Paris 2020, au niveau de Jolie Foulée, ça allait être du lourd, aussi bien au niveau sportif que de l’entertainment, on va digérer ça avec le temps, mais c’est vraiment quelque chose de triste.

Qu’est-ce qui te motive à suivre les gars sur les courses alors que tu n’aimes pas courir ?

L’esprit d’équipe, j’ai attendu mon père le long des courses pendant des années, gamin j’allais sur des courses de vélo voir les coureurs dans les paddocks, maintenant je porte les sacs de mes co équipiers et je les encourage ou les insultes le long de la course.

Tu es un grand fan de rap et de chaussures de sport. Quel est pour toi le meilleur son pour courir et la paire de course à pied la plus iconique ?

Un bon son pour courir pour moi c’est « Mr Me Too » de The Clipse avec Pharrell, c’est un bon truc ou tu penses à tes haters. La paire de course à pied la plus iconique, franchement pour moi c’est les pointes couleurs OR de Michael Johnson aux JO de 1996, un swoosh rouge et un swoosh bleu, JO d’Atlanta, chez lui, il prend l’Or et des records mondiaux.

Balance nous un secret sur un des gars de l’équipe.

Cédric drague les meufs en leur demandant si elles sont mannequins : « Are you a model ? » avec les étrangères.

Tu as déjà dragué une meuf en disant que tu étais coureur ? Ça a marché ?

True story oui, j’ai même fini dans une chambre à l’hotel W à Paris, grâce en grande partie à Jolie Foulée.

Ta définition d’une Jolie Foulée.

Comme je vous l’avais dit en 2015, Serge Karamazov à Cannes en 1994.

Photo de couverture extraite du portrait de TDRL sur le site Horace.

tdrl
TDRL