5 QUESTIONS À FRACTURE APRÈS SON 2:42:15 À LA ROCHELLE !

Salut Lio, tu revenais sur la distance marathon après celui d’Amsterdam en 2018. Comment s’est passée ta prépa ? Pas de bobo ?

Oui ça faisait 4 ans que je ne m’étais pas aligné sur marathon mais ce n’était pas une volonté, je me suis blessé sur 3 prépas et quand j’étais valide, le covid a annulé les courses. Donc le premier objectif qu’on s’était fixé avec Jacques mon nouveau coach c’était de ne pas se blesser. J’ai repris la piste avec mon groupe de Lyon Athlétisme, ça a été hyper bénéfique pour la VMA et j’ai intégré une routine de renforcement (gainage, abdos, renforcement des chevilles, du pied). Je n’ai pas eu d’alerte, j’ai pu faire quelques semaines à 100K et j’ai passé de bonnes séances qui m’ont mis en confiance. C’était une belle prépa mais je suis content qu’elle soit derrière moi !

Tu avais coché La Rochelle, pourquoi ce choix ? Le parcours fait 2 boucles et il est souvent très venté, tu as souffert de ça ?

A la base, je pensais à Valence comme tous les athlètes en quête de PB mais le voyage pour y aller est un peu compliqué et toute la France se donne rendez-vous là-bas. Un jour lors d’un footing, on a évoqué La Rochelle avec quelques coureurs sans talent et ça m’a semblé être une bonne alternative pour ne pas faire comme tout le monde (parcours plutôt rapide, 2ème plus gros marathon de France), il y avait plusieurs mecs partants et au final je me suis retrouvé tout seul sur la ligne de départ. Les autres ordures se sont rabattues sur le 10K ou ont carrément esquivé le déplacement. Le parcours, l’organisation et l’ambiance de La Rochelle sont plutôt cools, c’est probablement parmi ce qui se fait de mieux en France. Il y avait un peu de vent mais j’ai eu de la chance apparemment car c’était tolérable alors que quelques jours auparavant ça soufflait fort. Ça manquait un peu de densité, j’ai pas mal couru seul donc il fallait être concentré pour garder l’allure. Après je pense que le chrono qu’on fait sur une course influence pas mal notre appréciation, j’en garde un excellent souvenir car je fais RP en 2:42:15. Peut-être que le même jour, sur la même course, si j’avais explosé, j’aurais dit que c’était un marathon de merde en toute mauvaise foi.

Tu bats ton record de plus de 9 minutes sur la distance, bravo. Mais ça ne suffit pas pour être sur le podium Jolie Foulée du marathon ? Tu le vis comment ?

Au moment où je passe la ligne, je remonte sur le podium JF mais je ne le savais même pas, je crois que c’est Alassan qui me dit après la course que j’ai fait mieux que Nico sur son RP à Londres. Ça m’a apporté beaucoup de satisfaction mais je me doutais que je n’avais pas pris assez de marge. Ça s’est vérifié puisque Nico a tout cassé la semaine suivante à Valence. L’idée était surtout de me rassurer sur la distance, au-dessus de 2h45 j’aurais été dégouté, je voulais me rapprocher de 2h40. Je pense que j’ai encore de la marge, je ne referai pas 50 marathons mais j’espère pouvoir encore descendre le chrono à Berlin en septembre prochain.

Est-ce que tu prévois de courir un nouveau marathon ou tu as assez donné avec ce chantier ?

Rendez-vous à Berlin 2023, c’est le marathon qui m’attire depuis des années, une course que j’ai vraiment envie de faire parce qu’elle est mythique. Après j’arrête avec ces conneries, je ne suis pas un borneur, les prépas sont quand même hyper chronophages et ton entourage passe son temps à te dire que tu es chiant (dans le sens ennuyant) ce qui est complètement vrai. Le marathon ça rend zinzin, j’espère respecter ma parole et mettre la distance de côté après Berlin.

Eliud Kipchoge vient d’annoncer sa participation au marathon de Boston 2023. On se souvient que tu avais particulièrement tiré ton épingle du jeu sur cette épreuve. Est-ce que tu peux nous partager une anecdote de l’édition 2017 à laquelle tu as participé ?

Ça va être magnifique de voir Kipchoge sur le parcours atypique de Boston. En 2017, j’y vais avec Nico mais une fois de plus je me pète pendant la prépa qui est donc très light, je pars la fleur au fusil mais évidemment ça ne tient pas et je termine en profitant juste de l’ambiance incroyable que mettent les américains sur le bord de la route. Pour le coup ça reste un super souvenir pour un chrono de 3:46:34, mon personal worst. Ah oui et j’ai aussi « acheté » une très belle veste souvenir adidas que je porte fièrement, je crois que Nico a la même !

Share on facebook
Partager sur Facebook
Share on twitter
Partager sur Twitter
Share on whatsapp
Partager sur WhatsApp
Articles similaires
Commentaire(s)

25 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire