HYDRATEZ-VOUS DE FAÇON DURABLE

On introduisait cette semaine notre partenariat avec Schneider Electric qui s’engage pour un Marathon de Paris plus durable. On va donc essayer de mettre en avant quelques réflexes pour limiter votre consommation de plastique.

Tous les athlètes le savent, l’hydratation est primordiale, encore plus au cours d’une prépa marathon très exigeante pour le corps et pour les muscles. S’abreuver suffisamment (on parle uniquement d’eau aujourd’hui), c’est s’assurer une récupération optimale et si vous ne savez pas encore comment être certain de votre bonne hydratation, on vous donnait dès 2014 la technique infaillible du « pipi blanc » présentée par le fantasque Maxence Rigottier dans cet article.

Problème : boire c’est souvent consommer une bouteille plastique nocive pour l’environnement. Solution : la gourde. On vous présente donc une sélection de gourdes, chères à l’équipe pour différentes raisons et on vous invite à trouver celle qui vous conviendra pour boire autant que nécessaire.

Commençons par l’évidence, une gourde du sponsor non-officiel de Kevin Kalchoge : Maurten. Graduée avec le niveau idéal pour mélanger la poudre magique, sobre, élégante et disponible chez nos amis de Distance. Il se murmure que plusieurs gourdes de ce type ont été sacrifiées pour faire des mélanges alcoolisés lors des afters courses de JF.

La gourde de Lionel Fracture n’est autre que le gift donné aux cyclotouristes participants aux Randonnées de la St Fiacre qu’il avait ridé suite à l’invitation de son pote Foucauld. Sous le charme des petits vieux du club et de l’association parfaite des couleurs vert, bleu, noir et gris, Fracture en a fait sa gourde quotidienne.

On reste dans l’univers cycliste puisque la gourde de Romain n’est autre que le bidon offert lors de L’Ardéchoise 2018. Grand moment de vélo durant lequel Alassan a encore fumé ses petits copains. Chacun est reparti avec son bidon, son maillot magnifique (ou atroce) jaune / violet et le souvenir de la voix de dessins animés de la mascotte locale, le recordman centenaire Robert Marchand, lors de son interview par le speaker.

La gourde de Cédric est une Arena alors qu’il sait à peine nager. Pas d’histoire très particulière concernant cet objet si ce n’est que comme de nombreux autres biens dont notre Kipchoge à nous est propriétaire, il l’a obtenu gratuitement. Son rôle de cash manager chez Jolie Foulée n’est pas usurpé et sa devise « Sharing is caring » n’est jamais aussi bien appliquée que quand c’est les autres qui partagent avec lui.

Au-delà d’une gourde en particulier, Guillaume souhaitait partager avec vous une astuce déco. Si vous trouvez un objet cheum, n’hésitez pas à le recouvrir de stickers. Cela le rendra (peut-être) plus acceptable à vos yeux et vous donnera un petit côté adolescent skateur attardé très mignon.

Kevin a ramené une gourde en souvenir de sa visite en tant que spectateur à l’UTMB 2019. C’est peut-être cet objet anodin du quotidien sur lequel sont inscrits 4 initiales légendaires qui lui a permis de tenir pendant la SaintéLyon et de raffler les précieux points ITRA qui lui permettront peut-être un jour de s’aligner sur l’Ultra Trail du Mont Blanc.

Tel Jimmy Gressier, Nico est venu du foot à la course à pied et contrairement à de nombreux coureurs qui ont commencé jeunes à trainer sur les pistes d’athlé, il n’est pas un chameau qui peut parcourir des kilomètres de séances sans avaler une goutte. Il se déplace toujours avec sa gourde et maitrise parfaitement la technique du « garder en bouche et recracher » qui permet de rafraichir le palet sans s’alourdir en eau dans le bide.

On en profite pour vous rappeler que pour chaque hashtag #SEgreenrunners Schneider Electric s’engage à planter un arbre. Alors hydratez-vous, équipez vous d’une gourde et hashtaguez vos sessions. Bisous