NIKE AIR ZOOM ALPHAFLY NEXT%

Retardée pour cause d’annulations de tous les évènements majeurs de course à pied, la Nike Air Zoom Alphafly NEXT% sort enfin mardi prochain. Difficile dans les conditions actuelles de faire un lancement à la hauteur de la paire mais Nike nous gâte quand même avec une vidéo très cool tournée à Kaptagat au Kenya dans le centre d’entrainement d’Eliud Kipchoge. On y apprend que le meilleur marathonien du monde a largement contribué au développement de la paire qu’il considère comme faisant partie de l’héritage qu’il veut transmettre à tous les coureurs. On découvre aussi que Kipchoge change de pneus tous les 300 à 500km et qu’il note ses sensations par rapport aux shoes après chaque session. Il adore les Alphafly car, d’après lui, elles préservent ses muscles et lui permettent d’enchainer les séances. Il avoue d’ailleurs avoir été capable de faire un footing de 30 minutes dès le lendemain de son exploit retentissant à Vienne où il était devenu (dans des conditions aux petits oignons) le premier marathonien de l’histoire à descendre sous les deux heures, en 1h 59min 40s.

C’est probablement un peu romancé et mis en scène, mais la vidéo est très bien faite et envoie d’excellentes vibes kenyanes !

Kipchoge n’a eliudé aucune question dans cette vidéo.

Pour le blabla autour de la paire, voici ce que nous a transmis Nike :

La Nike Air Zoom Alphafly NEXT% est l’incarnation parfaite de la chaussure de course conçue pour aider les athlètes à franchir les barrières. Combinant l’amorti Nike ZoomX avec des coussinets Nike Zoom Air à l’avant du pied et une plaque en fibre de carbone sur toute la longueur, la Nike Air Zoom Alphafly NEXT% est conçue avec les conseils des coureurs « élite » qui défient les records et font avancer le potentiel humain.

La Nike Air Zoom Alphafly NEXT% sera disponible en coloris noir et vert lime blast à partir du 2 juin chez I-RUN. Pour ceux qui souhaitent rester sur la ZOOMX VAPORFLY NEXT%, il reste quelques tailles dans ce même coloris noir / lime blast chez Distance : par ici.

Alors êtes-vous prêts à claquer 300€ pour l’héritage de ce bon vieux Eliud ?