ON REFAIT LA COURSE – MARATHON DES CHAMPIONNATS DU MONDE 2003

Nouvelle rubrique sur Jolie Foulée : « On refait la course » avec Nico Sacomano qui va revenir sur certaines épreuves qui n’ont pas forcément marqué l’histoire de la course à pied mais sur lesquelles on va s’attarder un peu. Premier épisode : le marathon des championnats du monde 2003 à Paris.

Paris, 30/31 août 2003.
Lors de ces deux derniers jours des championnats du monde d’athlétisme, c’est l’heure du marathon pour nos athlètes. Quelques épreuves de demi-fond ont déjà eu lieu et notamment la victoire chez les hommes d’un jeune éthiopien (21 ans) Kenenisa Bekele qui devient champion du monde du 10 000 m en 26’49″57 devant Haile Gebrselassie. Quelques jours plus tôt, c’est aussi une nouvelle pépite qui se présente au départ de la finale du 5000m. A 19 ans, le kenyan Eliud Kipchoge franchit la ligne d’arrivée en tête après une dernière ligne droite incroyable et devient lui aussi champion du monde devant le roi Hicham El Gerrouj pour quelques dixièmes de secondes. (12’52″79 vs 12’52″83).

Revenons au marathon de ces championnats du monde, qui a marqué nos esprits par plusieurs points :

Le parcours du marathon était unique et n’a plus jamais été recouru.

En effet, ce n’est pas le parcours habituel qui sera emprunté ; pour satisfaire les besoins de l’IAAF, l’arrivée doit se faire au Stade de France. Le départ se fera depuis l’Hôtel de Ville, ensuite les participants ont serpenté les rues du centre de Paris (Rue de Rivoli, Place Vendôme, Bastille, République) avant de prendre la direction des Champs-Elysées (à l’envers par rapport au parcours de 2020 par exemple) et de passer devant l’arc de Triomphe.
Direction la porte de Champerret pour ensuite revenir jusqu’au Trocadéro et franchir la moitié du parcours au pied de la Tour Eiffel.
Le marathon va donc se courir Rive Gauche pendant quelques kilomètres, en passant par les Invalides, Odéon pour ensuite traverser et remonter jusqu’à République par Bastille. Direction Stalingrad, puis Saint-Denis pour se diriger vers l’arrivée du marathon, au Stade de France.

Voici une petite vidéo Relive qui retrace ce parcours unique :

Une embrouille entre le DTN et le français Benoît Z (recordman d’Europe de l’époque) qui cause l’absence de notre meilleure chance française sur la distance.

« Je ne porterai plus le maillot de l’équipe de France tant qu’il sera là ! »

Benoît Z annonce la veille qu’il ne participera à l’épreuve du marathon, en visant le DTN de l’époque, Robert Poirier. Pas content le Z, pourtant meilleur performeur mondial de l’année sur la distance avec ses 2h06’36 réalisé… à Paris en avril.

Victoire marocaine chez les hommes et kenyanne chez les femmes. Jaouad Gharib en 2h08’31 et Catherine Ndereba en 2h23’55.

marathonCM2003

Une fin de course disputée chez les hommes, le marocain finira avec plus de jus que l’espagnol Julio Rey, certainement grâce à un gel Maurten de l’époque. L’italien Stefano Baldini complète le podium.
Ndereba ne fera pas de cadeaux non plus aux deux poursuivantes japonaises Mizuki NOGUCHI et Masako CHIBA qui complètent le podium.

On a retrouvé quelques images du final du marathon masculin, cela fait toujours plaisir :

Et si vous êtes vraiment des mordus, voici un résumé de la 2e partie du marathon masculin :

Le classement final Homme et Femme.

Classement de notre équipe de France sur le marathon : pas jojo !

Malgré le forfait de Benoît Z, on pouvait compter sur Driss EL HIMER, 2e temps français de l’époque avec 2h06’48 au marathon de Paris 2003 : c’est raté !
Driss explose comme une couscoussière (pour reprendre la citation de notre fils de charcutier Adrien Besnard) après le 25e kilomètre alors que les leaders relançaient le rythme. Il termine 60ème de l’épreuve en 2h24’23.

Le premier français c’est Larbi Zeroual, qui termine avec un honorable 2h14’29 en 25ème position.

Les autres hommes frenchies :

Hakim Bagy – 34e – 2h16’06
Philippe Remond – 42e – 2h17’35

Chez nos françaises, c’est un peu le même constat, le parcours a fait des dégâts et chaque participante se retrouve loin de ses chronos habituels. Toutes, sauf Rakiya Maraoui-Quetier qui termine 21ème et réalise le 2ème chrono de sa carrière en 2h31’23.
À noter : c’est la seule athlète française qui fait mieux que sa performance réalisée sur le marathon de Paris 2003. Tous les athlètes français qui ont participé aux deux marathons parisiens ont été moins bons aux championnats du monde.

Les autres femmes françaises :

Fatima Yvelin – 34e – 2h36’20
Zahia Dahmani – 48e – 2h40’34
Hafida Gadi – 54e – 2h45’53
Fatima Hajjami-Ammou – a lâché l’affaire et elle est rentrée en métro.

A bientôt pour un prochain épisode « ON REFAIT LA COURSE » avec Nico Sacomano !

Crédits photos :
FRANCK FIFE – AFP
Alexander HASSENSTEIN – BONGARTS
Christophe PAUCELLIER

Paris Championnat du monde 2003
Paris Championnat du monde 2003
Paris - Championnat du monde 2003