QUI ES-TU ROMAIN LA GISS ?

Romain La Giss ou la teigne n’a pas été recruté chez Jolie Foulée sur chrono. Sa passion, sa détermination, ses connaissances de l’industrie ont fait de lui un membre apprécié. Mais comme toujours par ici, tout est parti d’une rencontre et d’une histoire d’amitié.

Romain, peux-tu te présenter rapidement, d’où viens-tu, quel âge tu-as, ce que tu fais dans la vie, combien de départements français tu as visité, etc. ?

28 ans, pur sang Alsacien. Je viens de Molsheim, un petit bled à 20 kilomètres de Strasbourg que Karim Benzema a visité. C’est le berceau de Bugatti, on y assemble toujours les derniers modèles. Je travaille dans la communication dans le sport et récemment exilé à Zürich pour mon plus grand bonheur. Je ne suis pas un grand voyageur mais autant j’ai déjà visité la Lettonie, autant je n’ai jamais mis les pieds dans le sud-ouest de la France.

Comment es-tu venu à la course à pied et quels sont tes records ?

Mon plus lointain souvenir c’est les cross du collège. Je me souviens que c’était super important pour tout le bahut, une vraie organisation, du public, des traversées de champs et un passage devant les gitans où on sprintait parce qu’on flippait. Tout le monde était vraiment chaud, je kiffais cet esprit de compétition. Mon meilleur résultat doit être une 4e place, ça devait être en classe de 3ème. Après c’est le foot district et les beuveries qui ont eu raison de moi, je n’ai rechaussé une paire de baskets qu’à mon arrivée à Paris en 2015 et c’était pas beau. Mais j’ai accroché et ça allait de paire avec mon boulot de l’époque. Côté record, c’est du niveau poussin: 47′ au 10k du bois de Boulogne en 2019 et 1h48′ au semi de Rosheim la même année. J’espère pouvoir courir un marathon cette année.

On avait fait le semi de Rosheim, l’Alsace, c’est une terre de running ?

Ici c’est le running populaire, à la bonne franquette et c’est génial. Beaucoup de gens courent, c’est indéniable, mais la moyenne d’âge est élevée. Les courses ne sont pas super compétitives mais les ambiances sont chanmnés. C’est l’authenticité qui prime !

Ton intégration au sein de Jolie Foulée, ça s’est fait comment ?

J’étais attaché de presse de Strava et HOKA pendant quelques années donc j’ai d’abord travaillé avec JF par des activations. Jusqu’au jour où Lionel a rejoint la petite agence pour laquelle je bossais. On est devenu ami, j’ai fréquenté de plus en plus le reste de l’équipe et ça a matché.

Ton meilleur et ton pire souvenir depuis que tu es dans le team ?

Meilleurs souvenirs, il y en a deux:

  • Hello Birds en 2018: un aller Rouen > Etretat en vélo un soir de 1/8e de coupe du monde France – Argentine, regardé en cuissard chez de parfaits inconnus chez qui on s’était incrusté. Et le lendemain d’une soirée lunaire au Donjon, le run JF en bord de falaise. 
  • Breakin5, un pur projet d’équipe préparé de longue haleine. C’était beau de partager ça avec tous les gars. 

Mon pire souvenir est plus récent, c’est la SaintéLyon. 15h et des brouettes à errer dans la nuit et sous la pluie, en sachant que le reste de l’équipe se morfond. C’était long bordel.

Justement, ton plus grand fait d’arme c’est d’être allé au bout de la SaintéLyon (et de toi même) malgré des jambes tétanisées. La course à pied c’est réservé au masochistes ?

Faut se l’avouer, il y a un stade où tu passes par la douleur physique et où tu débranches la tête. Quand t’es dedans, c’est pas agréable mais au bout t’as souvent de la satisfaction et après coup, quand tu repenses à ces moments de galère, t’es content et souvent fier de t’être fait mal. Et on y revient tous donc ouais, faut peut-être se dire qu’on est un peu maso.

Romain

Ton expression favorite régulièrement utilisée chez Jolie Foulée (en rapport avec la course à pied ou non) ?

« chanmé », à toutes les sauces !

Balance nous un secret sur un des gars de l’équipe.
C’est Besnard qui a le cul le plus poilu !

Tu as longtemps géré les relations presse pour Strava, un petit tips pour nos lecteurs ?

Il y a une fonctionnalité accessible pour tous qui est sous côté à mon avis : la création d’itinéraire. C’est d’une simplicité enfantine et super pratique pour dessiner une sortie surtout quand on est dans un endroit qu’on ne connait pas. Il y a plein de paramètres qui permettent de tracer une route safe et praticable, c’est royal. Pour tester, c’est sur l’ordi > passer la souris sur le petit + en haut à droite > création d’itinéraire. (NDLR : Rejoignez notre club strava ici !)

La définition d’une Jolie Foulée en Alsance.

Étant bien branché trail, je suis fasciné par la foulée de Jim Walmsley. J’ai eu la chance de le suivre sur quelques courses, il arrive à garder une amplitude hallucinante sur des 100 miles, malgré le dénivelé. C’est frais !

Romain en PLS