Encore une histoire de gâteau. Après le Savoie de Cécile, c’est au tour du démoulage de cake de Jérémie d’avoir droit à son papier sur Jolie Foulée. Un papier forcément axé « toilette », qui essuiera peut-être les critiques des constipés, préférant ne rien révéler de leur intimité.

 

Screen Shot 2015-12-21 at 22.21.36

 

Une date qui fait trace

Hybride Annécien-Bordelais de 27 ans (soit le même âge que Jordy), Jérémie pratique la course à pied depuis 2012, « depuis que j’ai commencé à mal tourner » précise-t-il. Tout file droit pourtant, jusqu’à ce 21 juin de la même année, date à laquelle la légende va se construire : « je partais pour un petit run tranquilou dans les bois de Thouars à Talence. J’avance à un rythme paisible, mais au bout d’1.5 km, je sens que ça commence à pousser. Je tiens bon et continue quand même ». La suite ? Vous la connaissez déjà : « mon cul part en trompette, de bon ton pour la fête de la musique [NDLR : propos imaginé]. Je suis toutefois forcé de m’arrêter au 3ème km, à bout. Je sers les fesses aussi fort que je peux et transpire à grosses gouttes. Pas le choix. Je cherche et trouve un fourré. Évacue tout. Et dois m’essuyer avec des feuilles ».

 

DSCF7484

Jamais au bout du rouleau

Cette mésaventure l’encourage alors à prendre ses dispositions avant d’enfiler ses runnings, tout particulièrement en compétition : « avant une course, je suis tellement stressé de devoir m’arrêter à cause d’une envie de chier que je me lève beaucoup plus tôt pour aller au moins 4 fois aux waters ». Si cette technique fait rapidement ses preuves, il ne reste pas à l’abri d’un coup dur, voire un coup de mou. Il se met dès lors à anticiper : « Lors de Marseille-Cassis 2014, j’ai beau avoir monopolisé les chiottes du garage Renault proche du départ, je tenais quand même à prendre un rouleau de PQ dans ma poche pour prévoir une éventuelle attaque dans la montée de la Gineste ». Si ces quelques feuilles restèrent finalement vierges ce jour-là, son rituel, lui, s’écrit désormais noir sur blanc.

 

Screen Shot 2015-12-21 at 22.21.59

La reconnaissance, enfin

Glisser quelques mouchoirs, sopalins et autres rectangles molletonnés dans son short lui vaut à défaut de courses d’au moins gagner le respect de ses partenaires de course à pied. Et au-delà de se faire pleins de copains sur Jolie Foulée, d’intégrer le Paris Running Club, sous la houlette de Renaud Longuèvre, entraîneur de l’équipe de France d’athlétisme. Jérémie, rempli – a minima – d’humilité, n’oublie ainsi pas de remercier son nouvel ami : « il me sauve la vie, me rassure ». Pas sûr que ces mots soient destinés au coach.

Guillaume Blot

P.S. : Si, toi aussi, tu te caractérises par une croyance aussi atypique que douteuse – ou que tu connais quelqu’un qui rentrerait dans cette définition – écris un mail à heyguillaume@gmail.com. L’enquête de terrain débute tout juste.

Share on facebook
Partager sur Facebook
Share on twitter
Partager sur Twitter
Share on whatsapp
Partager sur WhatsApp
Articles similaires
Commentaire(s)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire