IMG_0667

TEST : NIKE AIR ZOOM PEGASUS 32, SON DEUXIÈME PRÉNOM C’EST ZOOM

3 juin 2015 par Benjamin Jégou

Tu es coureur universel, tu pèses entre 60 et 80 kilos et tu as le pied fin ? Félicitations, tu viens de matcher avec la nouvelle Pegasus 32. La « Peg’ », comme elle aime se présenter sur son profil un brin coquin, joue clairement de ses charmes de jeune trentenaire pour séduire ses prétendants. Son nouveau design tape dans le mille et son shape aguicheur aura fini de convaincre les plus timides d’entre nous. En vous proposant en avant première le test de cette petite dernière, Jolie Foulée s’aventure clairement sur le terrain glissant de la séduction…

IMG_0740

Aspect et esthétique : Connue comme le loup blanc par les routards les plus aguerris de la course à pied, le physique de la Pegasus n’avait plus de secret pour personnes. Mais soucieuse de garder un certain attrait envers sa clientèle d’habitués, la Pegasus 32 s’est offerte une seconde jeunesse dont résulte un design bien plus sympathique que celui présenté l’année passée. Attentive à son image, passer sur le billard n’a été qu’une formalité. On notera entre autre la greffe d’un Flymesh respirant sur l’empeigne et la présence d’un Dynamic Flywire doublé sur les parties latérales. Pour satisfaire de potentiels futurs clients et s’assurer son gagne pain, on peut dire que la Pegasus 32 n’a pas eu froid aux yeux.

Confort : Se sentir à l’aise avec son partenaire en toute circonstance, c’est le signe d’une relation fusionnelle, et quoi de plus agréable que de ne faire plus qu’un avec son partenaire ? La Pegasus 32 s’inscrit en ce sens, avec pour seul objectif vous câliner les pieds aussi chaleureusement que ce vicieux de Cajoline. Tandis que l’empeigne en Flymesh permettra une ventilation ciblée de vos petons, le Dynamic Flywire doublée vous assurera un maintien ajusté et verrouillera votre pied afin d’éviter tout mauvais faux pas en phase d’attaque. Une coque interne située au niveau du talon vous garantira quant à elle un maintien du pied au moment ou celui-ci devra subir l’impact de la réception au sol. Et comme dans le cochon, tout est bon, on notera également sur la partie supérieur de la chaussure la présence d’une languette directement cousue à l’empeigne afin éviter tout inconfort lié son mouvement.

Performance : Reconnue universellement pour son confort sans pareil, la Pegasus n’en reste pas moins une chaussure performante qui saura répondre aux attentes des plus exigeants d’entre vous. L’unité Zoom air présente au niveau de la partie arrière de la chaussure apporte un réel dynamisme au moment de relancer la foulée, de quoi laisser derrière vous la concurrence ardi qui en voudrait à votre bien.

Pour voir plus précisément ce que la petite à dans le bide, il est temps de la mettre sur le dos et d’examiner la semelle. On notera la présence d’un rail de transition pour assurer une meilleure transition arrière/avant lorsque vous déroulerez en pleine attaque. Sa semelle extérieure gaufrée en caoutchouc (recyclé, c’est bien de le noter) possède 32 crans (tout comme la première édition de 1983 donc) afin d’assurer une excellente adhérence et durabilité au fil de vos sorties en amoureux. Y’a pas à dire, c’est souvent dans les vieux pots qu’on fait les meilleurs confitures.

Résumé : Réfléchissez deux fois avant de tourner le dos à cette bonne vieille Peg des familles car à l’instar des couples un peu volages qui se lassent de leur acquisition aussi vite que le temps passe, une fois la tromperie consommée, on se rend assez vite compte que finalement, c’était mieux avant. Une 32ème édition certes, mais un gain en maturité certain. En conclusion, gardez en tête que la Pegasus est une valeur sûre qui pourrait vous emmener loin. Preuve en est, le designer à l’origine de la création de la Pegasus en 1983 n’est autre que Mark Parker, aujourd’hui CEO Master and Commander de Nike… Rien que ça.

Note : + = Traffic de timbres de collections sous le manteau / +++++ = Bakchichs de 10 millions de sacs façon FIFA 2015

Esthétique : ++++

Confort : ++++

Performance : ++++

La Nike Air Zoom Pegasus 32 est disponible ici : lepape.com

IMG_0588   IMG_0598 IMG_0608IMG_0632IMG_0653IMG_0595IMG_0667 IMG_0671    IMG_0732IMG_0674IMG_0693

About Benjamin Jégou

Runner in slow motion. My favorite playground is the street. Sneakersaddict, musicologist, I don't give a shit about running. Catch me @benracer

Mots-clés : , , , , , , ,

  • Jeje

    Bonjour ,

    D’abord merci beaucoup pour ce petit test qui ne fait que conforter mon choix sur cette paire.
    Également je les trouve magnifique en verte , ou puis je les trouver dans ce coloris ?

    peace✌️

  • Yanooh

    Sympa, sans plus. Je vais quand même craquer ^^.

  • Arnaud

    Bonjour,
    Je les ai achetées pour le look, car peut se mettre avec un jean pour des voyages d’affaires. Au final, je suis positivement surprise. Elles sont très agréables. Je les trouve moins rigide que des Mizuno wave riders, mais elles compensent par une sensation au sol plus direct, avec un amorti (sur les paves par ex) plus doux et repartee. Attention néanmoins pour ceux qui n’ont pas l’habitude d’avoir le pied tenu sur le devant, cela peut surprendre. Mais dans l’ensemble ells sont légères, jolies (cela se discute évidement, et reste personnel) et permette vraiment de faire du running.

Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus