Maëva-Danois-854x532

INTERVIEW MAËVA DANOIS : CROSS, STEEPLE ET DEMI-SEL.

2 avril 2018 par Lionel Fracture

On avait calé une petite interview avec Maëva Danois au lendemain des championnats de France de cross parce qu’on fondait quelques espoirs sur elle. Malheureusement ce fut un jour sans pour l’athlète Nike, on l’a quand même emmerdée avec nos questions sur le cross, sa saison, ses objectifs et quelques conneries. Des réponses sans filtre avec un fort accent normand.

1/ Salut Maëva, peux-tu te présenter rapidement ?

Maëva Danois, je fais du 3000 steeple, j’aime bien franchir des barrières, je m’ennuyais sur le plat. Je suis arrivée il y a 3 ans à l’INSEP, cela m’a propulsé vers le haut niveau et permis de me professionaliser. Accessoirement j’ai 25 ans et je suis en école de podo, c’est pour ça que j’ai migré sur Paris.

maeva danois

2/ Comment s’est passé ta saison de cross ?

J’aurais aimé la terminer d’une autre façon… Un peu frustrant de ne pas avoir pu maitriser ce dernier rendez-vous, j’avais pour objectif dans un premier temps d’exister au sein de la course et pourquoi pas faire un top 5. J’ai quand même fait une bonne prépa physique, je me sens plus solide. J’ai bien travailler la caisse je vais maintenant passer à un travail plus technique, au franchissement.

3/ Le cross c’est un exercice que tu apprécies ?

Plutôt une découverte, je n’en avais plus fait depuis 2015. Ça permet de bien travailler les relances et les variations d’allures. D’expérience je dirais que ce n’est pas indispensable mais je pourrais juger de l’efficacité à travers mes résultats à la fin de la saison.

4/ Est-ce que toi aussi tu ruines tout ton travail d’entrainement à cause d’une mauvaise habitude alimentaire ?

Oui j’en ai une, le beurre demi-sel sur mes tartines le matin, impossible de faire sans…

5/ Qui sont les athlètes qui t’ont impressionnée à Plouay sur ce terrain bien gras ?

Sans hésiter Mohrad Amdouni, je le cotois beaucoup à l’INSEP, il a eu plusieurs pépins physiques ces derniers temps mais à Plouay il m’a impressionné par son mental. Chez les filles j’ai beaucoup appréciée la course de la triathlète Leonie Periault, accrochée comme ça à Sophie Duarte et son expérience, c’est une belle performance !

6/ Quel bilan perso tires tu de cette saison qui s’achève ?

J’ai pris du plaisir, la saison a été courte, je n’ai pas fait énormément de cross et je termine donc sur beaucoup de frustration. Ce qui est sûr c’est que j’ai la gnac pour la saison estivale. J’ai passé un cap l’année dernière avec mon titre de championne de France à Marseille sur steeple. J’ai hâte de commencer ma saison sur piste et d’aller chercher un record personnel. Ce record perso serait synonyme de minima pour les Europe de Berlin où j’envisagerais de dépasser mes limites en figurant parmi les meilleures.

Maëva-Danois-854x532

Maeva lors de sa victoire sur court aux interrégionaux de cross-country, organisés à Cohiniac dans les Côtes d’Armor – photo Gui Fav.

7/ Une chanson qui t’a suivie et motivée cet hiver ?

Out Of Reach de Fakear (un petit normand comme moi). Je l’aime bien parce qu’elle a le même rythme que moi l’hiver : pas trop rapide, pas trop lente.

8/ Quelle est ton approche des réseaux sociaux ? Être visible c’est important pour toi ?

J’essaye d’être authentique, de montrer mon quotidien, celui d’une athlète de haut niveau. Je communique aussi pour remercier les sponsors qui me font confiance. Il est assez difficile de retranscrire tout le travail abattu. Je me fais plus discrète à l’approche des compétitions, j’ai besoin de me mettre dans ma bulle. Le plus important reste mon projet sportif, réaliser mes rêves, les réseaux sociaux c’est secondaire.

9/ D’habitude on fait des interviews plutôt lol, celle-ci est un peu trop sérieuse, t’as une blague pour nous ?

Ah là comme ça c’est compliqué ! Ah ben si… Hier on m’a dit « mets les gazs », je les ai clairement mis ! C’est difficile d’en rire aujourd’hui mais il faut relativiser et penser à la suite.

10/ Par tradition chez nous on termine avec ta définition d’une Jolie Foulée.

Nom féminin : mouvement de course, elle est en couple avec la respiration et camoufle la souffrance quand celle-ci pointe son ptit nez.

2018-03-13-PHOTO-00000003 2018-03-13-PHOTO-00000004

http://1.gravatar.com/avatar/ad516503a11cd5ca435acc9bb6523536?s=100

About Lionel Fracture

Je suis contre le port du cuissard en course à pied. Longue vie au short flottant ou papillon.

Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus