kipsang-londres

CHAMPIONS LEAGUE DU MARATHON A LONDRES

14 avril 2014 par Lionel Fracture

Kipsang en touriste à Buckingham Palace.



Course de zinzins ce dimanche à Londres. Le parcours rapide et le plateau très relevé font de cette course dans la capitale anglaise une sorte de ligue des champions du marathon. En effet, voici les lascars qui ont salué la reine à leur passage devant Buckingham Palace :


- Wilson Kipsang : recordman du monde (2h03’23 »)
- Stephen Kiprotich : champion olympique et champion du monde
- Geoffrey Mutai : marathonien le plus rapide de tous les temps (2h03’03 ») sur un parcours non homologué
- Emmanuel Mutai : recordman du parcours londonien
- Tsegaye Kebede : tenant du titre
- Mo Farah : débutant de luxe

Haile Gebresselassie, 41 ans, ancienne meilleure référence du monde sur la distance, avait pour mission d’emmener ces costauds sur les bases du record du monde jusqu’au km 30, il n’aura tenu que sur 15. Mo Farah avait annoncé qu’il ne ferait pas la course aux avant-postes, une stratégie qui devait lui permettre de finir fort, cela n’a pas vraiment été le cas. Le britannique ne reverra jamais la tête de la course. Il termine à la huitième place en 2h08’21 » et perd son duel à distance avec Bekele, vainqueur une semaine plus tôt à Paris en 2h05’06 ». « C’était vraiment dur. Je suis très déçu. Je ne savais pas exactement à quoi m’attendre. Ma préparation s’était bien passée. La foule était excitée et m’a beaucoup porté mais ça n’a pas suffi… C’était un peu venteux et je n’avais pas vraiment de plan en tête… Mais je reviendrai, c’est sûr. » Ok, à la prochaine Mo.

Du progrès pour Mo Farah, il ne s’est pas cassé la gueule à l’arrivée.


Wilson Kipsang, lui, avait un plan simple en tête : faire péter ses adversaires les uns après les autres. Une première accélération au kilomètre 31 lui permet d’écrémer le groupe de tête. Seul son compatriote Stanley Biwott arrive à suivre le kényan mais une nouvelle accélération dans le dernier kilomètre permettra au recordman du monde de se défaire de lui. Kipsang et sa paire d’Adios Boost passent la ligne en vainqueurs en 2h04’29 », record de l’épreuve. Biwott et Kebede complètent le podium. Victorieux à Berlin et à Londres avec respectivement un record du monde et un record de l’épreuve, Wilson a envoyé un message clair à Elisabeth 2, Farah, Bekele et tous ses challengers : sur 42,195 K, c’est lui le roi.
http://1.gravatar.com/avatar/ad516503a11cd5ca435acc9bb6523536?s=100

About Lionel Fracture

Je suis contre le port du cuissard en course à pied. Longue vie au short flottant ou papillon.

Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus