photo-1-_1

MEETING AREVA – DE L’ÉNERGIE AU STADE DE FRANCE

7 juillet 2014 par Jérémie Roturier


Plus besoin de faire de fausses cartes de presse, maintenant Jolie Foulée est un blog qui pèse. Grâce à nos 1261 followers sur Instagram, nous avons été invités au Meeting Areva, pour suivre les exploits de Renaud Air Lavillenie, de notre chouchou Pierre-Ambroise Bosse, de la féline Eloyse Lesueur ou encore de la fusée Allyson Felix. Revivez les temps forts de l’étape de l’IAAF Diamond League au Stade de France. 
19h37 – Présentation des athlètes.
Les têtes d’affiches du meeting paradent dans de superbes répliques de la voiture de Oui-Oui. Pacal Martinot-Lagarde amuse la galerie et Christophe Lemaître représente le tiékar d’Aix-les-Bains. Le show va pouvoir commencer.
Kevin Rolland – Renaud Lavillenie. Des mecs dont le métier est de s’envoyer en l’air.




















19h47 – Concours de saut à la perche Hommes.
Le nombre de concurrents encore en lice diminue au fur et à mesure que la hauteur de la barre augmente. Renaud Lavillenie attend tranquillou les 5m70 pour faire son entrée dans le concours et franchir aisément cette première barre. Dutra le Brésilien qui a dû revendre ses places pour les quarts de finale de la Coupe du Monde et Kéké Menaldo le français franchissent aussi. Lavillenie et Menaldo s’essaient à 5m83 mais manquent leurs trois essais. Une victoire aisée pour Renaud, mais un concours qui ne restera pas dans les annales.
Les esprits s’échauffent

5m70 au premier essai. Prends ça Jean Galfione.




















20h07 – Saut en longueur Femmes.
Eloyse Lesueur n’était pas venue pour partager. Elle signe une des grosses performances de la soirée en remportant le concours de la longueur et en améliorant son record personnel d’un centimètre en le portant à 6,92m.
20h20 – 800 mètres Hommes.
On l’attendait avec impatience, il ne nous a pas déçu. P.A Bosse s’aligne sur la ligne de départ du 800m paré du maillot de l’équipe de France. Col boutonné jusqu’en haut, le patron c’est lui. Il voulait « rendre hommage aux Bleus ». Malgré une belle course, mal placé, il a laissé les plus costauds partir pour finir à une honorable quatrième place. Le Kényan Kiprop l’emporte en 1’43″34 devant Amos – Botswana represent - et le Cubain Lopez. Un peu juste, mais une course pleine de promesses pour le frenchy. À l’image de l’équipe de France de Football en somme.
Seul le travail paie.
20h42 – 200 mètres Femmes.
C’est l’heure de la météo sur France 3, mais pour une fois nous faisons entorse à nos bonnes vieilles habitudes. On attend Shelly-Ann Fraser Pryce et Allyson Felix, mais c’est finalement la Nigériane Blessing Okagbare qui leur met la pâtée.
20h50 – 5 000 mètres Hommes.
Pas le temps de savourer nos délicieux sandwichs rillettes / Saint-Morêt. Les épreuves s’enchaînent comme des shooters de téquila. Le plateau est relevé pour le 5 000 mètres. Entre Kényans et Ethiopiens, le blondinet de l’Oregon Project Galen Rupp et Bob Tahri, qui nous confiait il y a quelques jours nouer de vraies ambitions sur cette distance pour les Championnats d’Europe de Zurich, comptent bien jouer les trouble-fêtes des pays sous-développés. Raté. Le Kényan Soi empoche le magot en signant la meilleure performance mondiale de l’année. Bob lâche l’affaire à la mi-course. Un seul européen se classera devant lui.
21h15 – 110 mètres haies Hommes.
Coupe de cheveux déplorable. Jambes de feu. Pacal Martinot-Lagarde répond présent avec une belle deuxième place en 13″05. Seul le Jamaïcain Parchment fera mieux en descendant sous les 13″.
21h50 – 100 mètres Hommes.
Le clou du spectacle. En l’absence d’Usain Bolt blessé, Christophe Lemaître a l’occasion de briller devant son public. Le coup de feu retentit, tout le monde jaillit mais pas Christophe. Kim Collins, le vétéran de Saint-Kitts et Nevis, se rappelle à son bon souvenir du titre de champion du monde décroché en 2003 au Stade de France, en décrochant la troisième place. Richard Thompson, médaillé d’argent aux J.O de Pékin le devance derrière le cainri Michael Rodgers. Christophe déclarera à l’issue de la course « c’est limite pitoyable ».
http://1.gravatar.com/avatar/ad516503a11cd5ca435acc9bb6523536?s=100

About Jérémie Roturier

Sportshaolic & writing junkie.

Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus