SEMI MARATHON PARIS 2015

SEMI MARATHON DE PARIS, ON N’A PAS FAIT LES CHOSES A MOITIÉ.

10 mars 2015 par Lionel Fracture

C’est sous le soleil mais surtout sous escorte policière que la team Jolie Foulée se présente sur la ligne de départ du semi-marathon de Paris en ce dimanche 8 mars 2015. En effet, la publication d’un article scandale sur la communauté des coureurs, Top 10 des pires personnes avec qui courir, a complètement retourné les internets. Pour avoir égratigné avec tendresse leurs collègues de course à pied, Jolie Foulée s’est retrouvé avec la Fondation Brigitte Bardot, SOS racisme, les FEMEN et une poignée de runners excités sur le dos. Menaces de croche-patte, d’arrachage de dossard, demandes en mariage de filles moches, invitation à un trail de 80km, les risques étaient trop importants pour ne pas prendre certaines mesures de sécurité. Quoi qu’il en soit, RIEN NI PERSONNE ne pourra jamais empêcher notre équipe de galoper (excepté peut-être une soirée au Carmen avec Patrick Sebastien en DJ set) et c’est la tête haute que nous avons plié ce semi de Paris. #jesuisjoliefoulée

Mais concentrons nous sur la course. C’est dans ce contexte particulier que Pierre honorait sa première cape sous les couleurs de la team JF, ce bel étalon aux faux airs de Cristiano Ronaldo venait prouver qu’il était capable de faire autre chose que tripoter la baballe. Idris et Lionel sont présents à ses côtés pour l’initier aux techniques particulières de la team. Pas d’échauffement, arrivée à l’arrache juste avant la fermeture du sas, se faufiler à travers les barrières pour accèder au sas rouge, moins d’1h35 (voyous). Pendant ce temps là, Jerem et Ben pratiquent leur anglais dans les sas arrières avec leurs amis runners venus de toute l’Europe.

10h01 et c’est parti avec un début de parcours étonnamment fluide (très bien ce sas rouge), Pierrot le novice part dans la roue de Lio, prudents au départ, les deux potos accélèrent pour passer de 4’30 à 4’05 au kilo entre le premier et le quatrième K. C’est le moment choisi par Fracture pour abandonner son pote comme il en a pris l’habitude depuis quelques courses. Ses jambes répondent bien et il relance. Il se tourne vers Pierre et lui lance un « reste en chien » souvenir d’une époque où ils écoutaient cet immonde refrain de La Fouine et Booba.

Derrière c’est moins facile. Jerem paye ses sorties à répétition des semaines précédentes mais arrive tant bien que mal à limiter la casse. Idris 30% fatigué, 30% blessé, 30% flemmard et 10% d’amour propre se bat contre lui même pour continuer à avancer, il peut compter sur le soutien de Jay Smith du Paris Running Club qui lui touche le boule et l’accompagne en faisant le con sur quelques kilomètres. Benjamin se prend les pieds dans sa barbe, la montée du 14ème kilomètre lui sera fatale, douleur « de dingue » à la cheville, il coupe le moteur mais n’a pas d’autre choix que de se trainer jusqu’à l’arrivée : « je devais bien finir cette merdasse ! ».

Cette côte du kilomètre 14, Lionel Fracture (« même son nom pue la défaite » pour certains de ses détracteurs), l’a avalé tant bien que mal, il essaye de garder la cadence mais au passage du 15ème kil et après un savant calcul mental, il se rend compte qu’il reste encore 6 kilomètres, c’est long bordel. Pierre CR7 tient bon également, il a trouvé son rythme de croisière et ce n’est pas parce qu’il se fait doubler par un mec dans un excellent costume du Joker ou encore par une maman de 45 ans qu’il va lâcher l’affaire. Nos 5 enfoirés terminent ce semi avec plus ou moins de fraîcheur mais ont chacun la même réflexion : 21km c’est déjà trop, on laisse le marathon aux vrais costauds.

Le point résultat avec Jean-René Godard :

jean-rene_godart

JR Gros Dard.

Hassan Chahdi, 4ème au général et premier français pour son premier semi, une semaine après son titre de champion de France de cross, 1h01min38sec, impressionnant.

Loin derrière, Lionel commence à retrouver les jambes qu’il avait avant que la droite se brise : 1h27min38sec.

Pierre a mérité une prochaine sélection et n’aura plus besoin de gruger le sas rouge puisqu’il pourra justifier un temps référence d’1h32min42sec.

Jérémie tel son buteur favori des Girondins de Bordeaux, Cheik Diabaté, a fait le boulot et pas toujours avec élégance : 8 buts en 15 matchs de L1 = 1h39min44sec

Idris doit se ressaisir, l’été approche, il devra faire attention à sa ligne pour pouvoir chiller tranquille à Arcachon et améliorer ses chronos : 1h56min36sec.

En bon papa poule, Benjamin, bien que blessé, s’est assuré que les concurrents de queue de peloton puissent trouver le chemin du retour et être encouragés comme tous les autres, il termine en 2h19min11sec aux côtés de Christian et Andrée.

A noter qu’exceptionnellement pour la journée de la femme, nous avons décidé de n’en inclure aucune dans l’équipe. C’est avec bonheur que nous avons retrouvé des filles lors de la soirée Bridge The Gap autour d’un dîner brésilien et de quelques verres de liqueur. Mais cette troisième mi-temps est une autre histoire, à suivre…

Photo Giao Running.

Hassan Cehef par Giao Running.

Finish

IMG_5961

http://1.gravatar.com/avatar/ad516503a11cd5ca435acc9bb6523536?s=100

About Lionel Fracture

Je suis contre le port du cuissard en course à pied. Longue vie au short flottant ou papillon.

Mots-clés : , , , , ,

Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus