P1070827

PARIS VERSAILLES 2017 : SA MÈRE LA CÔTE DES GARDES

25 septembre 2017 par Kevin Calderan

Incontournable de la rentrée, la Paris Versailles avait lieu le week-end dernier sous un soleil digne d’un été indien. Pour cette course particulièrement facile avec une Côte des Gardes avec seulement 7% de dénivelé et une côte du cimetière qui passe comme une lettre à la poste, nous avons décidé d’envoyer notre meilleur élément se prendre une petite claque dans la tronche.

Kevin, fort de ses 6kg perdus cet été grâce à son regime Dukan hyperprotéiné, était particulièrement enjoué à l’idée de s’attaquer à cette course et sa fameuse Côte des Gardes. On l’a tellement gonflé avec cette dernière alors qu’il a vécu l’enfer au Marathon d’Athènes avec près de 20K de côte qu’il avait hâte de s’attaquer à cette petite difficulté.

Arrivé à 8h30 à Trocadéro. Camille Lavabre, la nouvelle miss météo de canal+ n’a pas menti : Beau soleil, température idéale au pied de la Tour Eiffel. Les anneaux olympiques, les vieux qui arborent fièrement le pyjama jaune offert la veille par les organisateurs, Dominique Chauvelier qui fait son show au micro de l’organisation… ça sent bon le dimanche matin de course ! Sacs déposés à la consigne, c’est parti pour 1h20 d’attente dans le SAS. Toujours un régal, mais c’est le prix à payer pour éviter de partir à 11h38 dans la 36 ème vague. Les adidas runners font les coqs à  » doubler  » tout le monde pour se placer dans le sas préférentiel, Idris avec sa petite moustache est toujours aussi malin et arrive à les suivre avec son pote Thomas. Kevin se dit qu’il récupéra, fort de son expérience, la moitié de la troupe à la petite cuillère au milieu de la Côte des Gardes.

Après 6 kilomètres en canne à un rythme de 4’50, Kevin s’effondre à la première difficulté avec un rythme de 6’30 en à peine quelques mètres. Le souffle est court, les jambes n’avancent plus, bien qu’il soit chargé comme Amstrong avec un petit-déjeuner Overstim.s complet et un gel GU Caramel Beurre salé au départ. Rien n’y fait, il prend une claque dans la tronche. Une fois la douloureuse passée, le parcours décide de descendre. À l’inverse de son coeur qui tourne toujours à plein régime, il peine à relancer la machine. Pensant avoir fait le plus dur, il s’emballe malgré tout dans la longue descente du 10ème kilomètre. Sans se souvenir qu’une petite côte de rien du tout vient l’achever au kilomètre 12. S’en est trop, il faut que ça se termine. Et quoi de mieux qu’un interminable faux plat d’un kilomètre et demi pour arriver rôti à l’arrivée.

De son coté Idris joue l’assistance médicale pour Thomas qui tape son 1er Paris-Versailles.

Le schéma est identique à celui de Kevin :

Départ au 6KM :  C’est facile Paris-Versailles

6KM AU 9KM : J’ai mal, on arrive bientôt?

10KM : C’est possible d’avoir une petite coupe de champagne pour faire descendre le Bloks CLIF?

13KM : « Côte du cimetière » : Mais non! On doit encore monter?

15KM au 16KM : Bruits d’animaux (chameau qui secoue la tête de toute ses forces, les babines pendantes) pour oublier les crampes.

Résultat :

1:27:50 pour Thomas et Idris

1:28:03 au chrono pour Kevin 

Du coté du podium féminin c’est deux meufs qu’on connait bien qui pointent le bout de leur tits : Garance termine deuxième et Sam complète le podium avec style & élégance en allant chercher une 3ème place avec des adidas x Stella Mc Cartney aux pieds. Les deux ont d’ailleurs été repérées par adidas pour intégrer le nouveau format de leur team élite avec pour coach Salah Ghaidi et Romain Barras en Directeur sportif.

paris versailles 2017


La saison est lancée sur la course la plus difficile de la rentrée. Place aux 20KM de Paris et au 10KM Paris Centre qui s’annoncent  » Flat as Fuck  » comme disent nos amis de Satisfy.

paris versailles 2017paris versailles 2017paris versailles 2017 paris versailles 2017 paris versailles 2017 paris versailles 2017 paris versailles 2017 paris versailles 2017

Mots-clés : , ,

Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus