PAULA

INTERVIEW PAULA RADCLIFFE, LA FAN DE BRETZEL LA PLUS RAPIDE DU MONDE SUR MARATHON

16 août 2018 par Alassan Farah

En marge des championnats d’Europe d’Athlétisme à Berlin, Nike nous avait invités au NIKE FAST LAB. Une sorte de temple de la vitesse, on pouvait y boire des clubs matés, essayer les paires les plus rapides du marché, écouter des athlètes parler de leurs expériences personnelles. En l’occurrence, Alassan notre envoyé spécial pour l’occasion a eu la chance de rencontrer la britannique Paula Radcliffe avec qui il a échangé autour d’un bretzel.

Paula Radcliffe n’a aucun lien de parenté avec Harry Potter, c’est la (jolie) blonde souriante que tout le monde respecte dans le milieu du running. Elle possède le record du monde féminin depuis 15 ans sur Marathon en 2:15:25 à London 2003. Elle a pété un bon nombre de records durant sa carrière et a pas mal milité façon « Nuit Debout » contre le dopage. Elle a eu la chance (ou pas) de répondre à nos questions. Alassan a tout tenté pour la séduire, ça parle record, entraînement, et murge.

(On vous passe les formules de politesse et le hand-shake qu’uniquement les SUB3 maîtrisent )

paula radcliffe

Yo Paula, d’après toi est-ce que ton record va être battu et quand ?

Je sais une chose c’est qu’il risque d’être battu à un moment ou à un autre car le sport c’est comme ça. On observe quotidiennement des améliorations, que ce soit technique notamment avec les chaussures par exemple, mais aussi avec les programmes d’entrainement, la nutrition. Mais j’aimerai quand même que mon record soit maintenu le plus longtemps possible. Je serais une menteuse si je disais que j’aimerais que quelqu’un me batte.

Est-ce que justement tu suis les athlètes actuelles qui seraient capable de battre ton record ?

Oui, je suis cela de près. Mary Ketany était tout proche l’année dernière (2017) quand elle a fait les 2:17:01. J’avais la pression qu’elle le batte sous mes yeux à Londres. Mais c’est dommage, sur sa course elle a attaqué trop vite, elle n’a pas respecté l’allure, et sur un marathon ça ne pardonne pas. Il y a aussi peut-être Mare Dibaba qui a les moyens de le battre, cependant plus elle vieillit plus ça va s’avérer compliqué. Je crois qu’on a un nombre exact de marathons à parcourir dans notre vie, et le nombre varie selon l’athlète. On ne peut pas être à fond tout le temps. Mais maintenant, les filles vont tellement vite sur semi-marathon que si elles sont amenées à monter sur la distance reine, il est sûr qu’il sera amélioré prochainement.

Quels sont les conseils pour chercher les meilleurs chronos sur marathon et éviter de se foirer comme notre capitaine Fracture ?

Je pense que c’est toujours mieux de faire un Negative split (ndlr : donc le deuxième semi plus rapide que le premier, Nibrun et Alassan ont d’ailleurs déjà réussi l’expérience). On gère nos réserves dans la première partie de course et dans la seconde on peut se permettre d’attaquer afin de donner tout ce qu’il reste. La meilleure façon c’est de bien connaître son corps via les entraînements, via les sorties longues pour bien connaître la limite qu’on ne peut pas dépasser en course. Il faut aussi bien choisir son équipement, sa tenue et la nourriture pendant la course.

Ton plus beau souvenir en CAP ? Je suppose que c’est ton record à Londres ?

Ah c’est difficile, il y en a beaucoup. Le record en fait partie c’est évident, je n’ai pas que celui-ci. Je me souviens quand j’ai gagné le cross long au championnat du monde à Ostend en 2001. J’avais gagné chez les juniors cette course en 92, et c’était un défi pour moi de gagner chez les seniors aussi. Ça m’a pris au final 9 ans pour faire le doublé. J’avais toujours échoué jusque-là, pouvoir le réaliser fut un véritable accomplissement personnel. Il y aussi à Monaco quand j’ai fait mon 3000 en 8:22, je finis deuxième de la course mais je m’en foutais. Je n’aurais jamais pensé aller aussi vite dans ma vie.

Paula Radcliffe 2001 Ostnd

Justement là, on parle de différentes distances, quelle est ta course préférée ?

C’est le marathon mais j’aime bien aussi le 1500 car il y a énormément de tactique. Également dans le marathon entre les concurrents mais ça reste plus un combat contre notre corps et la distance. On se retrouve là avec les 40 000 autres coureurs qui partagent les mêmes émotions, c’est vraiment magique.

A l’époque où tu as battu ton record, quel était ton volume d’entraînement ?

Je suivais un programme sur 8 jours, 7 jours d’entrainement et un jour complet de repos. Il y avait 4 jours avec des grosses séances notamment sur piste avec des fractionnés longs, des sorties longues au seuil, et des fractionnés sur routes via des blocs de 2 KM. Les 3 autres jours étaient avec des séances à allures modérées que je doublais avec des footings. Je dormais 10 heures par nuit et 2 heures dans l’après-midi.

Ce n’était pas un rythme de vie un peu trop dur ?

(lol) Franchement, si je pouvais, je continuerais à faire ça comme métier. C’était dur de faire ça mais ça n’a jamais été un sacrifice pour moi de m’entraîner ardûment. Les compétitions c’est vraiment la fête, c’était un vrai plaisir.

Et pour ton copain, ce n’était pas relou de voir sa meuf toujours s’entraîner ?

(lol) Non, on allait de pair, mon mari était aussi coureur à l’époque. Il courait sur 1500, il s‘est blessé malheureusement puis ensuite il me suivait en tant que coach. Aujourd’hui, il entraîne Mo Farah. Au final, on a toujours formé une équipe.

Et il le vit comment que sa meuf le mette à l’amende sur Marathon ?

(lol) Non mais sur 1500 il est devant moi, même largement en 3:34. Il a couru le marathon de NY quand même, il a fait 2:41. Je lui dis « tu vois sur Marathon, tu restes derrière moi, c’est moi le boss de la famille »

D’ailleurs, qu’est-ce que ça fait de se dire qu’on est la femme la plus rapide sur marathon ?

Je n’y pense pas tous les jours mais plus je vieillis plus je suis fière d’avoir accompli cela. Le principal objectif dans ma carrière était de trouver mes limites, je voulais voir jusqu’où je pouvais aller sur chacune des distances. Je pense que sur marathon je les ai trouvées, et que je n’aurais pas pu faire mieux. Peut-être avec les Vapor Fly 4% mais bon c’était il y a longtemps (lol).

Maintenant que ta carrière pro est finie, est-ce que tu fais un peu plus la fête et que tu t’en mets des belles comme nous ?

Je profitais bien avant ça (lol), mais c’est vrai que maintenant j’ai plus de liberté. Avant quand j’étais avec des amis et que je voulais rester un peu plus longtemps et que le lendemain je devais avoir entraînement, bah je me forçais à me limiter à un seul verre de vin. Alors que maintenant, j’en profite bien (lol).

Dernière question, pour toi qu’es ce qu’une Jolie Foulée ?

Quand j’étais jeune et que je préparais les Championnats du Monde Juniors, je me souviens je devais faire des LD, je devais vraiment imaginer avoir une belle foulée pour rester bien alignée. Je pensais toujours à Marie-Jo Perec (cocorico), pour moi c’était ça l’image d’une Jolie Foulée. Je m’imaginais courir comme ça mais je n’y étais pas vraiment haha. Pour le marathon, c’est important cependant d’avoir une jolie foulée, efficace, petite et régulière tel un métronome.

Merci Paula, mon num c’est le 07 70 13 34 41 au cas où.

(lol).

paula radcliffe 2003

http://0.gravatar.com/avatar/ad516503a11cd5ca435acc9bb6523536?s=100

About Alassan Farah

Jeune brondillant (69500) qui essaye de se sortir du cross-fit grâce à la course à pied.

Mots-clés : , , , , , , , , , , , ,

Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus